Une étude conclut que le mercure peut désormais être répertorié « comme une cause de l’autisme ».

par Arjun Walia

Une étude publiée dans Pediatric Health Medicine and Therapeutics a conclu qu’il existe « une relation significative entre la concentration de mercure et l’autisme. Ainsi, la concentration de mercure peut être répertoriée comme une cause pathogène (causant la maladie) de l’autisme. »

L’étude a également révélé la présence de quantités importantes de plomb dans le cerveau des personnes autistes.

Comme l’explique l’étude :

Dans cette étude, en recherchant dans les bases de données Scopus, PubMed et Science Direct, 18 articles réalisés dans différents pays de 1982 à 2019 ont été collectés. L’hétérogénéité des études a été étudiée en utilisant l’indice I2. Les données ont été analysées à l’aide des logiciels R et STATA.
Dans ces 18 études, 1797 patients (981 cas et 816 témoins) âgés de 2 à 16 ans ont été examinés. La concentration des échantillons (sang, cheveux et ongles) pour les groupes de cas et de témoins a été évaluée. Il n’y avait pas de relation significative entre la concentration de cuivre et l’autisme (SMD (IC 95%) : 0,02 (- 1,16,1,20) ; I2=97,7% ; P=0,972) ; il y avait une relation significative entre la concentration de mercure et l’autisme (SMD (IC 95%) : 1. 96 (0,56,3,35) ; I2=98,6% ; P=0,006) ; il y avait également une relation significative entre la concentration de plomb et l’autisme (SMD (IC 95%) : 2,81 (1,64,3,98) ; I2=97,8% ; P=0,000).

Il s’agit d’un résultat assez significatif, qui complète d’autres grandes études réalisées précédemment. Une méta-analyse de 2013 publiée dans le Journal Bio Med Research International a révélé que :

Les études sur lesquelles le CDC s’appuie et sur lesquelles il a exercé un certain niveau de contrôle indiquent qu’il n’y a pas de risque accru d’autisme lié à l’exposition au Hg organique dans les vaccins, et certaines de ces études ont même indiqué que l’exposition au Thimerosal semblait diminuer le risque d’autisme. Ces six études contrastent fortement avec les recherches menées par des chercheurs indépendants depuis plus de 75 ans, qui ont toujours conclu à la nocivité du thimérosal. Comme nous l’avons mentionné dans la section Introduction, de nombreuses études menées par des chercheurs indépendants ont révélé que le thimérosal était associé à des troubles du développement neurologique. Étant donné que de nombreuses études menées par des chercheurs indépendants montrent une relation entre le thimérosal et les troubles du développement neurologique, les résultats des six études examinées dans cette revue, en particulier celles montrant les effets protecteurs du thimérosal, devraient remettre en question la validité de la méthodologie utilisée dans les études.

Dans la nature, les métaux toxiques sont généralement liés à d’autres éléments plutôt que d’être présents sous leur forme pure. Toutefois, avec l’avènement des procédés industriels à grande échelle permettant d’extraire les métaux des composés naturels, l’homme a laissé le génie sortir de la bouteille, contribuant ainsi de manière significative à la distribution du mercure, de l’aluminium et d’autres métaux lourds dans l’environnement. Lorsqu’ils sont libérés de l’emprise semi-protectrice de la nature, ces métaux « invariablement toxiques » font des ravages dans les systèmes vivants, qu’il s’agisse des humains, des animaux ou des plantes.

Les scientifiques d’aujourd’hui ont accumulé des preuves de la toxicité du mercure pendant des décennies, avec un intérêt croissant ces dernières années pour l’association de ce métal avec les troubles du développement neurologique, y compris les troubles du spectre autistique (TSA). Voici un article de synthèse paru dans la revue multidisciplinaire Environmental Research qui rassemble également un ensemble important de documents dans le but de résumer les recherches actuelles et les nouvelles tendances en matière de toxicologie du mercure.

Voici une vidéo de l’Université de Calgary montrant comment le mercure endommage le cerveau. 

Là encore, le mercure n’est pas le seul problème.

Un article publié en 2018 a découvert des quantités élevées d’aluminium dans le tissu cérébral des personnes atteintes d’autisme. Ce document particulier a maintenant été téléchargé plus d’un million de fois. L’étude a été menée par le Dr Christopher Exley, considéré comme l’un des plus grands experts mondiaux en toxicologie de l’aluminium. Il a examiné plus de 100 cerveaux, et la teneur en aluminium chez les autistes est nettement supérieure à celle des cerveaux « normaux ».

Lui et une équipe de scientifiques de plusieurs pays ont récemment publié un article dans le Journal of Trace Elements in Medicine and Biology intitulé « Le rôle des adjuvants de l’aluminium dans les vaccins soulève des questions qui méritent une science indépendante, rigoureuse et honnête.« 

Dans leur publication, ils fournissent des preuves à l’appui de leur position selon laquelle,

“la sécurité des adjuvants vaccinaux à base d’aluminium, comme celle de tout facteur environnemental présentant un risque de neurotoxicité et auquel le jeune enfant est exposé, doit être sérieusement évaluée sans plus tarder, notamment à l’heure où les CDC annoncent une prévalence toujours croissante des troubles du spectre autistique, de 1 enfant sur 54 aux USA.”

Certaines personnes diagnostiquées autistes peuvent l’être dès la naissance, c’est un large spectre, et d’autres peuvent avoir subi des dommages cérébraux réels et d’autres changements dus à des facteurs environnementaux. On a longtemps pensé que l’autisme était dû à des facteurs essentiellement génétiques, mais la science et la prévalence croissante de l’autisme ont montré que les métaux lourds, les herbicides, les pesticides, et bien d’autres encore, devraient être fortement pris en compte et étudiés plus avant.

Pourquoi l’humanité vit-elle d’une manière qui pollue gravement son environnement ? Les soins de santé sont-ils vraiment des soins de qualité, ou le profit passe-t-il avant tout ? Quelle est l’influence de l’industrie pharmaceutique sur la politique médicale et l’enseignement médical ? Devons-nous nous méfier de l’origine de nos informations sur la santé, car il y a souvent des conflits d’intérêts ?

Publié à l’origine dans The Pulse.

Please read our Re-publishing Guidelines.


Message from RFK
X
Share via
Copy link
Powered by Social Snap