Plus de 100 000 documents révèlent des détails troublants sur les expériences à haut risque de gain de fonction

Par Dr. Joseph Mercola

Un rapport d’enquête de Katherine Eban, collaboratrice de Vanity Fair, basé sur plus de 100 000 documents de l’EcoHealth Alliance, révèle une réalité troublante : « des accords de subvention obscurs, une surveillance peu rigoureuse des NIH et la recherche de subventions gouvernementales par le lancement de recherches mondiales de plus en plus risquées ».

En bref :

  • Un rapport d’enquête de Katherine Eban, collaboratrice de Vanity Fair, basé sur plus de 100 000 documents de l’EcoHealth Alliance, montre une réalité inquiétante « d’accords de subvention obscurs, de surveillance NIH peu rigoureuse et de poursuite de subventions gouvernementales en lançant des recherches mondiales de plus en plus risquées. »
  • En 2014, EcoHealth a reçu une subvention de 3,7 millions de dollars du NIAID pour étudier le risque d’émergence du coronavirus des chauves-souris et le potentiel d’épidémies dans les populations humaines. Près de 600 000 dollars de cette somme sont allés à l’Institut de virologie de Wuhan, qui était un collaborateur clé.
  • La subvention de 2014 met en évidence la vérité de ce que les détracteurs de la recherche sur le gain de fonction (GOF) affirment depuis des années, à savoir que ce type de recherche n’atteint jamais ses objectifs. Ils affirment qu’elle doit être menée pour prévenir et/ou devancer les pandémies, mais aucune pandémie n’a jamais été évitée et, au contraire, la recherche sur le gain de fonction pourrait en être la cause.
  • Le comportement du président d’EcoHealth, Peter Daszak, a ajouté du carburant aux soupçons de fuite de laboratoire – potentiellement d’un virus qu’il a lui-même contribué à créer. En 2015, il a averti qu’une pandémie mondiale pourrait survenir à la suite d’un incident de laboratoire, en particulier le type de recherche sur la manipulation des virus menée à Wuhan. Malgré ces antécédents, en février 2020, M. Daszak a rédigé une « déclaration de consensus scientifique » publiée dans The Lancet, qui condamne la théorie de la fuite en laboratoire en la qualifiant de théorie de la conspiration sauvage.
  • Il semble que ceux qui insistent pour que le SRAS-CoV-2 soit d’origine naturelle, malgré toutes les preuves du contraire, le font parce qu’ils ne veulent pas que des recherches virologiques risquées soient tenues pour responsables de la pandémie de COVID.

Lire l’article complet sur The Defender ici.

Please read our Re-publishing Guidelines.


Message from RFK
Share via
Copy link
Powered by Social Snap