| | | | |

36 cas de cancers signalés après la vaccination par l’ARNm COVID – Ce que montre la recherche

Les cancers sont probablement l’effet secondaire le moins documenté des vaccins génétiques COVID-19 dans la littérature des rapports de cas, mais il existe également de nombreuses hypothèses bien fondées pour la plausibilité mécaniste que les vaccins COVID-19 possèdent une oncogénicité substantielle.

Par Ashmedai

Alors que je rassemblais une nouvelle série de rapports de cas pour la compilation, j’ai remarqué que plusieurs d’entre eux mentionnaient des cancers, ce qui m’a surpris.

Les cancers sont probablement l’effet secondaire le moins documenté des vaccins génétiques COVID-19 dans les rapports de cas.

Tout d’abord, le lien entre les vaccins COVID-19 et le cancer est intrinsèquement beaucoup plus obscur et plus difficile à déceler sur une base individuelle, et ce pour deux raisons :

  1. Dans l’ensemble, il s’écoulera beaucoup de temps entre la vaccination et la manifestation clinique du cancer.
  2. C’est en partie pour cette raison, et aussi parce que la nouvelle plateforme d’ARN messager (ARNm) n’est pas encore connue, que les médecins sont moins enclins à penser qu’il peut y avoir un lien entre le cancer de leur patient et la vaccination.

Deuxièmement, même si un médecin pense qu’il pourrait y avoir un lien entre un aspect de la pathologie cancéreuse et les vaccins COVID-19 du patient, ce n’est pas le genre de chose qui se prête à la rédaction d’un rapport de cas :

  1. En raison du décalage temporel et de l’absence de preuves pathologiques directes, il est intrinsèquement plus spéculatif et moins fondé sur des preuves discrètes que vous pouvez identifier, et donc moins susceptible d’être rédigé en tant qu’étude de cas.
  2. Le régime de censure et, plus généralement, la culture du veau d’or des vaccins COVID-19, considèrent la critique des vaccins COVID-19 d’un œil très méfiant, une attitude particulièrement intense lorsqu’il s’agit de la génotoxicité potentielle des vaccins COVID-19, qui est un sujet très important.

Les médecins et les cliniciens sont donc peu enclins à envisager une relation possible entre le cancer et le statut vaccinal d’un patient ayant reçu le vaccin COVID-19, et encore moins à soumettre une étude portant leur nom et affirmant la possibilité d’un cancer induit par le vaccin COVID-19.

À l’inverse, il existe des preuves substantielles, tant anecdotiques que tirées de données démographiques et économiques, de l’existence d’une incidence, d’une morbidité et d’une mortalité excessives et généralisées liées au cancer, en particulier dans les pays où le taux de vaccination est élevé.

Crédit : The Ethical Skeptic

Il existe également de nombreuses hypothèses bien fondées quant à la plausibilité mécanique de l’oncogénicité des vaccins COVID-19, notamment la probabilité d’une transcription inverse de l’ARNm ou de l’ADN contaminant dans l’ADN cellulaire, l’interférence de la protéine spike avec le gène P53 de suppression des tumeurs et la dysrégulation des récepteurs de type péage, ou TLR, essentiels à la surveillance du cancer, parmi d’autres.

(Je suppose que tous ceux qui lisent ces lignes sont déjà bien au courant de ces deux points, il n’est donc pas nécessaire d’insister davantage sur ce point)

J’ai donc décidé de vérifier le nombre de rapports de cas que je pouvais identifier comme documentant un cas de cancer possiblement lié à la vaccination, ce qui a donné la liste ci-dessous :

  • Vingt-neuf rapports de cas documentaient un cancer dont la genèse et/ou les métastases étaient potentiellement attribuables, au moins en partie, à la vaccination.
  • Sept autres rapports de cas ont documenté un cancer mais l’ont présenté comme un phénomène accessoire ou de fond.

J’ai inclus ces cas parce que, s’il est possible que ces cancers soient réellement survenus « avec » la vaccination et non « à cause » de la vaccination (comme la dichotomie « avec » et « à cause » du COVID-19 qui a créé des centaines de milliers de décès fantômes dus au COVID-19 et des millions de cas fantômes), il est également très possible que ces cancers aient été influencés par la vaccination.

Le fait que les auteurs des rapports de cas ne l’aient pas pensé est sans importance, en raison de l’ignorance généralisée du potentiel cancérigène des vaccins COVID-19 et du fait que les médecins sont fortement biaisés pour éviter d’établir un tel lien.

  • Trois rapports de cas que j’ai trouvés font état de tumeurs bénignes jugées possiblement attribuables à un vaccin COVID-19. Ces cas sont importants car la capacité de provoquer des tumeurs bénignes – en particulier à la lumière de la base de preuves plus large – implique la possibilité de provoquer des tumeurs malignes, et les tumeurs bénignes peuvent parfois devenir malignes.
  • Enfin, il existe deux rapports de cas où le vaccin COVID-19 a entraîné une régression spontanée et inattendue du cancer. Bien que, superficiellement, ces rapports de cas puissent sembler donner une image favorable des vaccins COVID-19, le fait que les vaccins COVID-19 puissent provoquer une régression tumorale indique quelque chose de bien plus inquiétant – que les vaccins COVID-19 interfèrent avec le système immunitaire ou le reprogramment de manière imprévue, y compris les mécanismes de la manière dont le système immunitaire traite les cancers.

Un vieil adage médical dit : « Un remède pour l’un est un poison pour l’autre« . Le fait que les vaccins COVID-19 puissent interférer de manière positive avec la capacité du système immunitaire à lutter contre le cancer laisse supposer qu’ils peuvent également le faire de manière délétère chez d’autres personnes.

J’ai également inclus une citation de chaque rapport de cas discutant du rôle causal potentiel du vaccin COVID-19, s’il y en avait un qui était écrit dans un langage suffisamment clair dans l’étude.

Alors, sans plus attendre..

  1. « Un cas de leucémie myélomonocytaire chronique démasqué après avoir reçu le vaccin COVID-19 de J&J » (Veerballi et al.)

« Notre cas suggère la possibilité de développer une LMMC associée à une sclérodermie limitée après avoir reçu le vaccin J&J COVID »

  1. « Lymphome anaplasique à grandes cellules au site d’injection du vaccin SARS-CoV2 » (Revenga-Porcel et al.)
  2. « Bell’s palsy or an aggressive infiltrating basaloid carcinoma post-mRNA vaccination for COVID-19 ? A case report and review of the literature » (Kyriakopoulos et al.)

« Dans l’ensemble, le court laps de temps et les caractéristiques extrêmement invasives des métastases du BCC chez notre patient suggèrent que les perturbations du système immunitaire dues à la vaccination anti-COVID-19 par ARNm ont pu conduire à une progression accélérée de la maladie »

« Une limitation sérieuse dans le cas que nous rapportons est le refus de l’hôpital qui a effectué la biopsie de fournir les images histopathologiques ou d’effectuer une coloration immunohistochimique pour la protéine spike. »

  1. « Expansion de l’adénome hypophysaire induite par le vaccin COVID-19: un rapport de cas » (Srimanan & Panyakorn)

« Les tumeurs hypophysaires sont des tumeurs à croissance lente, principalement asymptomatiques, avec des découvertes fortuites. Une détection précoce, une réduction des facteurs aggravants et un traitement spécifique sont essentiels. »

« Le vaccin COVID-19 représente un nouveau facteur potentiel d’hypertrophie de l’hypophyse. Les personnes atteintes d’adénomes hypophysaires préexistants doivent être particulièrement vigilantes quant aux effets secondaires possibles associés à ce vaccin. »

  1. « Développement d’un sarcome de haut grade après la deuxième dose du vaccin Moderna » (Bae E. et al.)

« Sur la base d’une recherche approfondie, nous décrivons le premier cas de sarcome indifférencié de haut grade à évolution rapide qui semble avoir un lien étroit avec le vaccin Moderna. »

(Bonus : « Il est bien documenté dans la littérature depuis plus de 20 ans que des sarcomes de haut grade ont été liés à l’administration de vaccins chez les félins »)

  1. « Lymphome extranodal à cellules NK/T nouvellement diagnostiqué, de type nasal, au niveau du bras gauche injecté après la vaccination BNT162b2 mRNA COVID-19″ (Tachita et al.)

« Bien que les lésions lymphomateuses des rapports précédents n’aient pas été observées aux sites d’injection du vaccin, notre cas présentait une lésion lymphomateuse dans la peau et le muscle au site d’injection de l’ARNm BNT162b2-vaccin. »

« Il est possible que la pathogénie de notre cas soit différente de celle des rapports précédents, dans la mesure où la maladie est apparue relativement tard après la vaccination et au site d’injection du vaccin. »

« Il n’y a pas de preuve de relation de cause à effet entre la vaccination par l’ARNm BNT162b2 et l’ENKL dans ce cas, mais nous avons émis l’hypothèse que la vaccination pourrait conduire au développement de l’ENKL d’une manière similaire à l’allergie sévère aux piqûres de moustiques (SMBA) »

  1. « Lymphome non hodgkinien apparu peu après la vaccination par l’ARNm COVID-19: Report of a Case and Review of the Literature » (Cavanna et al.)
  2. « Ph-Positive B-Cell Acute Lymphoblastic Le ukemia Occurring after Receipt of Bivalent SARS-CoV-2 mRNA Vaccine Booster : A Case Report » (Ang et al.)

« Par conséquent, ce rapport de cas pourrait présenter une corrélation possible entre le développement de la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules B Ph-positives et les vaccinations ARNm bivalentes.« 

  1. « Carcinome adénoïde kystique cutané primaire dans une localisation rare avec une réponse immunitaire à un vaccin BNT162b2 : A Case Report » (Yilmaz et al.)

« Le vaccin à ARNm BNT162b2 a été associé à un syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-V). Une réaction immunitaire comparable pourrait potentiellement augmenter le taux de croissance de la tumeur. »

  1. « Progression rapide d’un lymphome à cellules T angio-immunoblastique à la suite d’une injection de rappel du vaccin à ARNm BNT162b2 : A Case Report » (Goldman S. et al.)

« À notre connaissance, il s’agit de la première observation suggérant que l’administration d’un vaccin contre le SRAS-CoV-2 pourrait induire une progression du lymphome à cellules T angio-immunoblastiques. »

« Plusieurs arguments plaident en faveur de cette possibilité. Tout d’abord, la rapidité et l’ampleur spectaculaires de la progression observée lors de deux TEP-TDM au 18F-FDG réalisées à 22 jours d’intervalle. Une évolution aussi rapide serait tout à fait inattendue dans l’évolution naturelle de la maladie« 

  1. « Progression rapide d’un lymphome à cellules B de la zone marginale après la vaccination COVID-19 (BNT162b2) : A case report » (Sekizawa et al.)

« Dans notre cas, le même mécanisme par lequel les lymphomes à cellules T sont induits par le vaccin COVID-19 pourrait être envisagé pour la pathogenèse du MZL.« 

« Les vaccins COVID-19 à ARNm induisent des cellules auxiliaires folliculaires T avec un profil fonctionnel Th1, qui est associé à la production sélective d’anticorps neutralisants, et stimulent les cellules B du centre germinal, les plasmocytes à longue durée de vie et les cellules B mémoires. »

« Par conséquent, ces vaccins induisent une réaction du centre germinal plus forte que les vaccins à protéines recombinantes (11). Cependant, la stimulation continue des lymphocytes T et B par les vaccins COVID-19 à ARNm peut déclencher des réponses inflammatoires aberrantes, conduisant à un lymphome ou accélérant sa progression. »

  1. « Récidive du lymphome cutané à cellules T après la vaccination par le vecteur viral COVID-19 » (Panou et al.)

« La question qui se pose dans ces cas est de savoir si et par quelle voie le vaccin a provoqué le MF CD30 LCT et la réapparition d’un trouble lymphoprolifératif cutané primaire CD30. »

« D’après la littérature, l’éducation des cellules T CD4, T CD8 et B contre la protéine S du SRAS-CoV-2 semble être la méthode la plus réalisable pour la production du vaccin COVID-19. »

« Les cancers et les coronavirus fournissent tous deux une charge antigénique persistante et chronique, parmi laquelle PD-1, ce qui entraîne l’épuisement des cellules T. Il est donc important de s’assurer que la charge antigénique est suffisante. Il est donc important de s’assurer que la vaccination ne provoque pas un nouvel épuisement des lymphocytes T, qui peut déjà avoir été induit par les cellules tumorales »

  1. « Récurrence d’un trouble lymphoprolifératif cutané primaire CD30-positif après vaccination par COVID-19″ (Brumfiel et al.).
  2. « Kératoacanthome éruptif solitaire se développant au site d’injection du vaccin COVID-19 » (Yumeen et al.)

« Notre rapport de cas ajoute à la littérature en décrivant le développement d’une lésion maligne qui peut se produire après la vaccination par le COVID-19, et qui justifie une reconnaissance et un traitement rapides »

  1. « Deux cas d’adénopathie axillaire diagnostiquée comme un lymphome diffus à grandes cellules B se sont développés peu de temps après la vaccination par le COVID-19 BNT162b2″ (Mizutani et al.)

« Il est donc concevable que des DLBCL préexistants ou subcliniques se développent rapidement dans un état spécifique induit par la vaccination BNT162b2. »

« En conclusion, les DLBCL peuvent se développer rapidement après la vaccination par le BNT162b2. Les dermatologues doivent être attentifs à l’élargissement des ganglions lymphatiques ou de la masse près du site d’injection du vaccin BNT162b2. »

  1. « Sarcome de Kaposi classique unilatéral conjonctival après un rappel de COVID-19 » (White et al.)

« Dans la mesure où le rappel du vaccin a précédé le cancer, il semble étiologique de l’apparition du sarcome de Kaposi. La vision monoculaire et le glaucome de la patiente ont compliqué son traitement. »

« Ce cas élargit les concepts actuels de cofacteurs nécessaires au développement du sarcome de Kaposi en ce sens que l’administration d’un vaccin de rappel a joué un rôle dans la progression de la tumeur et que des preuves cliniques et mécanistiques sont présentées pour étayer cette hypothèse.« 

« Dans ce cas particulier, il semble que la vaccination par COVID-19 ait agi comme l’un des cofacteurs supplémentaires nécessaires pour induire le KS, car il n’y avait pas d’autre cause évidente que la relation temporelle entre le vaccin de rappel et le développement du KS »

  1. « A Case Report of Posttransplant Lymphoproliferative Disorder After AstraZeneca Coronavirus Disease 2019 Vaccine in a Heart Transplant Recipient (Tang et al.) (Rapportde cas d’un trouble lymphoprolifératif post-transplantation après l’administration du vaccin AstraZeneca contre le coronavirus 2019 à un receveur de greffe de cœur)

« En résumé, nous émettons l’hypothèse que le vaccin peut contribuer à la tumorigenèse des lymphocytes B via la réactivation de l’EBV latent. »

« Nous rapportons un cas de PTLD après une vaccination par COVID-19 chez un receveur de greffe cardiaque, ce qui pourrait montrer un lien pathogène possible. »

« Bien que nous ne soyons pas en mesure d’exclure la coïncidence entre la vaccination COVID-19 et le développement du PTLD dans ce cas, les chirurgiens transplantologues devraient être conscients de l’effet immunomodulateur de la vaccination COVID-19 et toujours penser au pire jusqu’à preuve du contraire »

  1. « Rapport de cas : Un cas de mélanome métastatique muté BRAFV600 avec insuffisance cardiaque traité avec des inhibiteurs de points de contrôle immunitaires et des inhibiteurs BRAF/MEK » (Nishizawa et al.)

« Dans le cas présent, le vaccin pourrait avoir suscité une forte réponse immunitaire, conduisant à la résolution spontanée de la tumeur primaire tout en favorisant simultanément la métastase du ganglion lymphatique axillaire. »

  1. « Lymphohistiocytose hémophagocytaire fatale avec lymphome intravasculaire à grandes cellules B suite à la vaccination contre le coronavirus 2019 chez un patient atteint de lupus érythémateux disséminé : un cas entremêlé » (Ueda et al.)

« Nous supposons que la vaccination COVID-19 et la maladie auto-immune de notre patiente, qui la prédispose à développer un lymphome, peuvent avoir contribué au développement du IVLBCL. L’activation du facteur d’activation des cellules B appartenant à la famille du facteur de nécrose tumorale (BAFF) a été observée dans les lymphomes agressifs à cellules B. »

  1. « Hémopathies malignes diagnostiquées dans le cadre de la campagne de vaccination contre l’ARNm COVID-19: A Report of Two Cases » (Zamfir et al.)

« À notre connaissance, il s’agit du premier rapport d’une grave manifestation orale post-vaccinale, confirmée par immunohistochimie comme étant un lymphome non hodgkinien à cellules T/NK, apparue dans les jours suivant la vaccination par l’ARNm COVID-19 »

  1. « Effets indésirables hématopoïétiques associés au vaccin Covid-19 à ARNm BNT162b2 » (Erdogdu et al.)
  2. « Lymphome cutané indolent avec expression gamma/delta après la vaccination COVID-19 » (Hobayan & Chung)

« La présentation de notre patient est inhabituelle car elle est apparue sur le site d’une vaccination COVID-19 plusieurs jours après la vaccination. »

« Comme cette présentation et cette évolution ne sont pas typiques du PCGDTCL, on ne sait pas si ses lésions représentent une variante indolente du PCGDTCL ou d’un autre lymphome à expression gamma/delta. On ne sait pas si le vaccin COVID-19 a directement contribué à sa présentation ou à l’évolution de la maladie. »

« Un autre rapport de cas montre une lésion lymphoproliférative atypique avec des caractéristiques imitant un lymphome après le rappel du vaccin, une prolifération monotypique des cellules B a été trouvée histologiquement »

  1. « Mésothéliome cardiaque primaire présentant une péricardite récurrente fulminante: un rapport de cas » (Schwartzenberg et al.)

« À notre connaissance, il s’agit du deuxième cas seulement de péricardite confirmée pathologiquement qui s’est transformée en mésothéliome17, dans ce cas en l’espace de 4 mois seulement. Il est peu probable qu’un diagnostic correct plus précoce aurait fait une différence clinique dans ce cas, compte tenu de l’évolution accélérée de la maladie »

  1. « Sporadic Kaposi Sarcoma Following a COVID-19 Vaccine: Simple coïncidence ou quelque chose de plus ? » (Martínez-Ortega et al.)

« Le KSHV est une condition sine qua non de l’oncogenèse et un agent cancérigène direct. Par conséquent, lorsque nous examinons la relation entre le vaccin AstraZeneca et le sarcome de Kaposi, nous pouvons nous concentrer sur la réactivation du KSHV [1]. »

« Des études ont montré que les protéines de pointe du SRAS-CoV-2 peuvent réactiver la phase lytique du KSHV. Le vaccin ChAdOx1 contre le nCoV-19 contient des protéines codant pour l’ADNe. Si ces protéines rencontrent des cellules infectées par le HHV8, elles pourraient potentiellement déclencher la réactivation du virus, conduisant à la phase lytique. »

« Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour établir un lien définitif, les preuves discutées dans ce rapport indiquent des mécanismes potentiels impliquant la réactivation du KSHV, l’influence de l’inflammation induite par l’adénovirus et les effets liés à la protéine spike. »

  1. « Lymphome à cellules T de type panniculite sous-cutanée après la vaccination COVID-19 » (Kreher et al.)

« Dans ce manuscrit, nous présentons un cas de lymphome à cellules T de type panniculite sous-cutanée qui s’est développé après l’administration du vaccin COVID-19 (Janssen Pharmaceuticals) à base de vecteur viral Ad26. »

« Bien qu’il ne soit pas possible d’établir un lien de cause à effet dans ce cas unique, celui-ci confirme que certains déclencheurs immunologiques, tels qu’un vaccin à base d’adénovirus modifié, peuvent contribuer à l’apparition ou à l’exacerbation d’un SPTCL. »

« Une fonction immunitaire aberrante ou une hyperstimulation lymphocytaire peuvent également être responsables. Par exemple, une association a été établie entre le SPTCL et le lupus érythémateux disséminé, le syndrome de Sjögren, le diabète de type 1 et l’arthrite juvénile idiopathique. »

  1. « Lymphome à cellules T de type panniculite sous-cutanée après la vaccination par l’ARNm-1273 COVID-19 » (Ukishima et al.)

« Dans l’ensemble, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner les associations possibles entre la vaccination COVID-19 et le SPTCL. Dans ce cas, les vaccins COVID-19 peuvent être à l’origine du SPTCL, et une biopsie cutanée à un stade précoce peut aider à diagnostiquer l’érythème noueux »

  1. « The case of T-ALL presenting with NK phenotype after COVID-19 vaccination » (Yanagida et al.)

« Bien que la présence d’une relation de cause à effet directe entre la LLA-T et la vaccination COVID-19 ne soit pas claire, l’immunisation pourrait être directement liée à la réponse immunitaire de l’hôte. »

« Bien que la relation entre la vaccination et l’apparition de ce cas ne soit pas claire, nous avons signalé qu’une observation attentive de cas similaires est nécessaire afin d’élucider la pathophysiologie. »

  1. « Le premier cas autopsié de lymphome de la zone marginale positif au virus d’Epstein-Barr qui s’est détérioré après la vaccination COVID-19″ (Wang et al.)
  2. « Présentation clinique inhabituelle d’un sarcome à cellules claires chez une jeune femme » (Asif et al.)

Documenté en tant qu’incident/arrière-plan dans le rapport de cas

  1. « Axillary lymphadenopathy in a high-risk breast screening patient following the COVID-19 vaccine : a diagnostic conundrum » (Musaddaq et al.)
  2. « Dépistage du cancer du sein et adénopathie axillaire à l’ère de la vaccination COVID-19 » (Wolfson & Kim)
  3. « Lymphadénopathie hypermétabolique après l’administration du vaccin et de l’immunothérapieCOVID-19 chez un patient atteint d’un cancer du poumon : rapport de cas » (Tripathy et al.)
  4. « Lymphoedème du bras après l’administration du vaccin COVID-19 chez une patiente atteinte d’un cancer du sein caché et d’une dermatomyosite paranéoplasique » (Aimo et al.)
  5. « Mélanome métastatique dans le sein et l’aisselle: rapport de cas » (Barnett et al.)
  6. « Adénocarcinome prostatique métastatique se présentant comme une lymphadénopathie généralisée démasquée par un vaccin de rappel COVID » (Bharathidasan et al.)
  7. « Leucoencéphalopathie multifocale progressive chez un patient atteint de leucémie lymphocytaire chronique à cellules B après vaccination par le COVID-19, compliquée par le COVID-19 et la mucormycose : rapport de cas » (Amirifard et al.)

Tumeurs bénignes

  1. « Pilomatricoma Growing at the SARS-CoV-2 mRNA Vaccination Site » (Erkayman et al.)
  2. « Angioendothéliomatose réactive après vaccination par Ad26.COV2.S » (Faulkner et al.)
  3. « Développement d’un pilomatrixome au site de vaccination: A Rare Complication of COVID-19 Vaccination – A Case Report » (Yang et al.)

Le vaccin a guéri un cancer

  1. « Lymphome anaplasique primaire cutané à grandes cellules avec régression spontanée marquée des manifestations organiques après la vaccination contre le SRAS-CoV-2″ (Gambicher et al.)
  2. « Régression tumorale spontanée après la vaccination contre le COVID-19 » (de Sousa et al.)

Publié à l’origine sur la page Resisting the Intellectual Illiteratti Substack d’Ashmedai.

Suggérer une correction

A lire également

Laisser un commentaire