| |

Opposition parlementaire en Australie à l’élargissement des pouvoirs de l’OMS

Source : TKP.at, Thomas Oysmüller, 15 mai 2024 TKP.at, Thomas Oysmüller, 15 mai 2024

Un front parlementaire croisé demande au gouvernement australien de reconsidérer son approbation du traité sur les pandémies et de la réforme de l’OMS.

Les nouveaux traités de l’OMS, qui doivent être signés à la fin du mois de mai, suscitent des résistances dans le monde entier. En Australie, 14 membres du Parlement ont également écrit au Premier ministre pour demander à l’Australie de rejeter le traité sur la pandémie et les nouvelles réglementations internationales en matière de santé.

L’indépendance menacée

Alors que l’on dit que les critiques des plans de l’OMS relèvent de la « conspiration », les politiciens officiels du monde entier voient les choses différemment : qu’il s’agisse du gouvernement slovaque, de « M. Brexit » Nigel Farage, de 49 sénateurs américains ou maintenant de 14 politiciens australiens de premier plan – et il ne s’agit là que d’une liste du « Nord global » – lire la suite ici.

Les quatorze sénateurs et députés australiens expriment leur « profonde inquiétude » au Premier ministre, alors que le gouvernement affirme que le traité sur les pandémies et les modifications du Règlement sanitaire international (RSI) sont « nécessaires pour prévenir de futures pandémies et d’autres crises sanitaires internationales ».

Toutefois, le texte du 14 mai considère que les projets de l’OMS « constituent une menace importante pour l’autonomie et l’indépendance de l’Australie sur la scène internationale ».

La lettre, signée par des membres de l’opposition de gauche et de droite, poursuit :

« si les traités de l’OMS sont adoptés et transposés dans la législation australienne, l’Organisation mondiale de la santé disposera d’un niveau inacceptable d’autorité, de pouvoir et d’influence sur les affaires australiennes sous prétexte de déclarer des « urgences. »

Les membres de l’opposition indiquent au Premier ministre qu’ils ont reçu un grand nombre de lettres d’Australiens inquiets et que leurs préoccupations sont absolument justifiées. La réforme prévue de l’OMS transformerait l’agence spécialisée des Nations unies d’une organisation consultative en une autorité sanitaire supranationale.

C’est ce qu’écrit la journaliste australienne Rebekah Barnett sur son blog:

« La lettre souligne également que le vote à venir sur les réformes dans le courant du mois viole les propres lignes directrices de l’OMS. Les amendements définitifs au RSI doivent être diffusés quatre mois avant le vote afin de donner aux 194 États membres le temps de les examiner (annexe 2, article 55). Cependant, les versions actualisées des amendements au RSI soumis en avril 2024 étaient encore au stade de projet et étaient toujours en cours de négociation par le groupe de travail la semaine dernière.

Cela signifie que, contrairement aux directives de l’OMS, les États membres n’ont toujours pas reçu les versions finales des documents et n’ont que quelques semaines pour examiner comment les changements complexes interagissent avec le traité de pandémie proposé par l’OMS et la législation nationale avant le vote à l’Assemblée mondiale de la santé, qui doit avoir lieu du 27 mai au 1er juin. »

« Nous demandons instamment au gouvernement de rejeter les amendements au RSI et le traité de l’OMS sur la pandémie lors de la 77e Assemblée mondiale de la santé« , indique clairement la lettre.

Suggérer une correction

A lire également

Laisser un commentaire