La pluie et le beau temps dans les cours de justice allemandes

L’Allemagne a connu deux événements judiciaires importants aujourd’hui, l’un à Passau (Bavière), l’autre à Leipzig.

Le tribunal de comté de Passau (Amtsgericht) a condamné le Dr Ronny Weikl, accusé d’avoir délivré de faux certificats de santé alors qu’il avait en fait exprimé son avis médical, fondé sur des preuves scientifiques, selon lequel le port d’un masque peut être dangereux pour la santé des personnes.

À Leipzig, devant le tribunal administratif fédéral (Bundesverwaltungsgericht), deux membres de l’armée de l’air allemande (Luftwaffe) contestaient le mandat de vaccination de tous les soldats allemands.

Alors qu’à Passau, une petite ville sur le fleuve Danube dans le sud-est de l’Allemagne, la loi a prévu une sentence décevante pour le Dr Weikl lorsque le tribunal l’a condamné à un an et demi d’emprisonnement avec mise à l’épreuve ainsi qu’à une interdiction d’exercer en tant que médecin pendant trois ans, Leipzig a été beaucoup plus favorable à tous les Amis de la Liberté de Santé : contre toute attente, la Cour fédérale n’a pas tranché après une très longue journée d’audition des témoignages. Au lieu de cela – et c’est presque sensationnel pour l’Allemagne, qui jusqu’à présent a vu très peu de signes d’une justice indépendante – la Cour fédérale a demandé que d’autres preuves soient entendues. Ce que cela signifie est presque certain : l’appel à de nouvelles preuves est une goutte d’eau à laquelle les juges fédéraux se sont accrochés dans un effort désespéré pour éviter une victoire potentiellement désastreuse pour les deux membres de l’armée de l’air, qui avaient appelé un certain nombre de scientifiques éminents et distingués à témoigner de l’absence totale de preuves de l’efficacité des vaccins Covid.

Parmi les personnes qui ont témoigné devant le tribunal de Leipzig figurent le professeur Sucharit Bhakdi et le professeur Arne Burkhard, ainsi que l’analyste des données Tom Lausen. Tous les témoins ont présenté des preuves qui remettaient radicalement en cause l’efficacité des vaccins, tandis que les représentants du ministère allemand de la Défense, selon les observateurs, semblaient mal préparés et n’ont fourni pratiquement aucune donnée pour montrer que le mandat de vaccination était justifié pour l’armée.

Dans ces circonstances, la décision du tribunal d’entendre davantage de preuves équivaut à une tentative désespérée d’éviter une décision catégorique en faveur des plaignants, ce qui en soi aurait été sensationnel. Si le plus haut tribunal judiciaire d’Allemagne avait accordé des exemptions de l’obligation vaccinale aux plaignants, tout le récit des vaccins « sûrs et efficaces » se serait effondré. Le tribunal semble donc avoir eu recours à la demande de présentation de preuves supplémentaires. Étant donné que la plupart des preuves entendues le premier jour de la session provenaient des plaignants, il devient évident que le récit officiel du gouvernement sur les mandats de vaccination est faible et fragile.

Le Dr Ronny Weikl après avoir quitté le palais de justice de Passau.

Dans le cas du Dr Ronny Weikl, des signes indiquaient déjà qu’il ne s’agissait pas d’un jugement, mais d’une « sentence politiquement correcte » contre le Dr Weikl.

Weikl, qui était entouré de centaines de partisans qui, à l’entrée du tribunal, ont scandé « Aqcuit Dr. Weikl », s’est montré très optimiste : « Je suis désolé pour le juge et les deux profanes du jury », a déclaré Weikl. « Ils n’ont pas eu le courage d’arriver à une conclusion juste sur cette affaire. Au lieu de cela, ils ont choisi la solution de facilité, c’est-à-dire de répondre à l’appel du gouvernement. Nous allons contester cette sentence, sans aucun doute. »

Please read our Re-publishing Guidelines.


Message from RFK
X
Share via
Copy link
Powered by Social Snap