Les familles de résistants anti-nazis soutiennent les manifestations en Allemagne

La manifestation à Bruxelles, qui a été stoppée sous prétextes, et une déclaration publiée précédemment par la survivante de l’Holocauste Vera Sharav sur les parallèles historiques entre l’époque (1933-1945) et aujourd’hui ont contribué à ébranler le récit dominant selon lequel la manifestation contre les restrictions Covid était infiltrée par des extrémistes de droite. Aujourd’hui, dans une déclaration, des parents de résistants au fascisme de l’ère nazie s’expriment également, prenant fait et cause pour les manifestations largement pacifiques au cours desquelles, rien qu’en Allemagne, plusieurs centaines de milliers de personnes descendent dans la rue semaine après semaine pour défendre leurs droits fondamentaux et s’opposer à des politiques disproportionnées.

Les initiateurs de la déclaration sont Julian Aicher, le fils de la sœur de Sophie et Hans Scholl, Inge Aicher-Scholl, et Christian von Lerchenfeld, dont la grand-tante était Nina Schenk Gräfin von Stauffenberg, la veuve d’un des chefs des assassins d’Hitler du 20 juillet 1944.

La déclaration se lit comme suit :

Récemment, l’Allemagne a vécu quelque chose de très prometteur. Quelque chose qui inspire le courage. Chaque semaine, 300 000 personnes descendent dans la rue pour défendre les droits démocratiques de façon pacifique, amicale et en restant fidèles aux droits fondamentaux. Ce sont des marches pour « la paix, la liberté, la démocratie » et contre les restrictions des droits fondamentaux imposées par les gouvernants.

(Le nombre de 300 000 a été déterminé par la plate-forme d’information « Multipolar« ).

Les personnes qui ont vécu dans l’ancienne RDA (comme le journaliste et écrivain Chaim Noll, aujourd’hui israélien) ne cessent de souligner que les politiques actuelles des gouvernements allemands, prétendument anti-Covid, rappellent parfois de manière frappante la répression de la population dans l’ancienne RDA. Il est d’autant plus réjouissant que les manifestations pacifiques de masse de ce mois de janvier (et bientôt de février ?) 2022 dans des centaines de villes allemandes s’avèrent similaires aux manifestations tout autant « non autorisées » des derniers mois du gouvernement Honecker de la RDA.

La démocratie se nourrit de la diversité des opinions. Surtout aujourd’hui, en janvier/février 2022. C’est l’une des raisons pour lesquelles plusieurs familles, dont certains membres ont résisté au régime hitlérien pendant l’ère nazie, accueillent très favorablement les manifestations dans des centaines de lieux allemands, en janvier 2022. Ils le font consciemment à l’occasion de la Journée de Commémoration des Victimes du National-Socialisme, le 27 janvier 2022 – car les sacrifices de sang de la résistance allemande ne doivent pas être vains, mais servir à garantir la démocratie et le respect des droits fondamentaux, aujourd’hui encore.

Les signataires de cette déclaration :
Julian Aicher (fils de l’auteur de « La Rose blanche », Inge Aicher-Scholl).
Christian von Lerchenfeld (descendant de Nina Schenk Gräfin von Stauffenberg, née von Lerchenfeld).

D’autres membres de familles persécutées et résistantes ont expressément salué cette déclaration, mais ne souhaitent pas être nommés par crainte de représailles.

Dans des interviews supplémentaires récentes, le co-initiateur Julian Aicher a clairement critiqué les déclarations diffamatoires et discriminatoires émanant des plus hauts niveaux, notamment du président allemand Steinmeier, qui a prétendu que les manifestants étaient violents, alors que la manifestation était presque entièrement pacifique et civilisée.

Please read our Re-publishing Guidelines.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

27 − = 18

Message from RFK
Share via
Copy link
Powered by Social Snap