| | | |

Grippe aviaire chez les bovins – incohérences et questions (partie 1)

Source : TKP.at, DDr. Siguna Müller, publié à l’origine le 07 mai 2024

Ces dernières semaines, des rapports de plus en plus inquiétants ont fait état de l’apparition à grande échelle du virus hautement pathogène de la grippe aviaire A (H5N1) du clade 2.3.4.4b. Jusqu’en mars 2024, aucun foyer de ce clade viral n’a été enregistré chez le bétail domestique. Puis, le 25 mars, les autorités fédérales américaines ont annoncé que la souche hautement pathogène de l’influenza aviaire avait été détectée chez des vaches laitières. Le 27 avril 2024, l’USDA a confirmé des « infections » par cette souche dans 34 troupeaux de vaches laitières dans neuf États américains.

La presse a averti à plusieurs reprises que le virus pourrait évoluer, gagner en virulence et s’adapter à l’homme. Bien que les autorités et les MSM utilisent constamment des termes tels que « infecté », « virus » et « confirmé », on ne sait pas exactement ce qui a été prouvé. S’agit-il simplement de fragments génétiques ou d’un véritable virus qui a sauté d’une espèce à l’autre et appris à infecter et à rendre malades des mammifères tels que le bétail ?

Bien entendu, les virus de l’IAHP peuvent être transmis des oiseaux sauvages aux volailles domestiques et à d’autres espèces d’oiseaux et d’animaux. La FDA admet que si les virus de la grippe aviaire n’infectent normalement pas l’homme, il y a eu des cas isolés d’infection humaine. Ce qu’elle n’admet pas, c’est qu’aucune de ces infections n’a jamais conduit à une pandémie, même si des craintes sont régulièrement exprimées quant à l’imminence d’une telle pandémie.

Il convient de noter que le ministère de l’agriculture (USDA) et la Chine travaillent à la recherche sur la grippe aviaire H5N1 depuis 2021, l’origine de l’épidémie actuelle. John S. Leake et Nicolas Hulscher soulignent qu’il est choquant de constater que ces travaux ont été réalisés par le biais d’une transmission en série par des canards colverts, « le canard le plus abondant et le plus répandu sur Terre, qui peut se croiser avec 63 autres espèces » S’il s’échappait d’un laboratoire, il infecterait probablement les canards migrateurs sauvages qui survolent l’Amérique du Nord et l’Eurasie, contaminant littéralement « TOUT ».

Ignorant les lacunes évidentes de l’histoire actuelle sur la manière dont le virus est arrivé en Amérique du Nord, l’OMS blâme une fois de plus la nature plutôt que les travaux de laboratoire réalisés par l’homme, mais elle met en garde,

« Les scientifiques craignent que si le virus H5N1 passe plus de temps chez les mammifères, il pourrait évoluer pour infecter plus facilement les humains et se propager dans l’air. « 

Un examen plus approfondi de l’histoire émergente a révélé de nombreux parallèles avec la pandémie de COVID-19, ainsi que d’autres incohérences et de graves problèmes.

Le point central de ces dernières semaines

L’un des aspects uniques du nouveau récit est celui de l’alimentation humaine et animale. Le 23 avril 2024, Politico a publié un article intitulé « Bird Flu Virus Fragments Detected in Retail Milk in U.S. » (Des fragments de virus de la grippe aviaire détectés dans du lait vendu au détail aux États-Unis).

L’article se contredit immédiatement (certains pourraient penser qu’il est intentionnellement trompeur).

Politico admet que « l’on ne sait toujours pas si le virus détecté était actif ». Mais il insiste à plusieurs reprises sur le fait que « le virus » a été détecté.

Entre-temps, de nombreux médias ont fait état de la présence du virus. Mais lorsqu’il s’agit de savoir comment le virus a été isolé et si un virus actif a été trouvé, nous rencontrons des lacunes et des incohérences. Par exemple, le 25 avril 2024, la FDA a annoncé que dans le lait,

« environ 1 échantillon sur 5 testé au détail est positif pour les fragments du virus de l’IAHP… ».

Remarquablement, la FDA poursuit en disant que cela n’indique pas la présence d’un virus vivant, soulignant que

« Comme indiqué ci-dessus et dans notre résumé ci-dessous, les résultats positifs à la qPCR n‘ indiquent pas nécessairement un virus réel susceptible de présenter un risque pour les consommateurs. Des tests supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si l’agent pathogène intact est toujours présent et infectieux, ce qui permettrait de déterminer s’il existe un risque de maladie en cas de consommation du produit. La FDA teste tous les résultats positifs à l’aide de tests d’inoculation d’œufs, l’étalon-or pour déterminer la présence d’un virus infectieux ».

Le message principal est qu’il n’y a actuellement aucun virus infectieux dans le lait vendu au détail. Cependant, la presse brosse un tableau différent.

L’approvisionnement en lait est sûr » : L’administration Biden cherche à rassurer les Américains face à la propagation de la grippe aviaire » . Ces médias et bien d’autres mettent l’accent sur la présence de l’agent pathogène, comme si elle avait été confirmée et que le virus vivant avait été détecté.

De quoi s’agit-il : de fragments de virus ou d’un virus vivant entier ?

Je n’ai vu aucune confirmation claire et indépendante de la découverte d’un virus viable. La manière dont il est diffusé par les MSM semble convaincante. Par exemple, le 25.4.24, on nous a dit que

« la grippe aviaire a été détectée dans 33 troupeaux de vaches laitières dans huit États, selon les dernières données de l’USDA« .

Puis la revue Nature écrit dans son numéro du 27/4/24 que des tests d’ARN ont montré que le virus de la grippe aviaire se propageait depuis des mois, bien plus longtemps qu’on ne le pensait. Nous sommes informés que la FDA

« a confirmé des infections par la souche appelée H5N1 dans 34 troupeaux de vaches laitières dans neuf États avant le 30 avril ».

Je ne peux pas dire pourquoi cette date est donnée trois jours après la publication de l’article. Ce qui est important, c’est qu’entre-temps, non seulement les autorités parlent d’un vrai virus (et pas seulement de fragments), mais aussi qu’elles affirment maintenant avoir une compréhension claire de l’origine de ce « virus ».

« L’épidémie a probablement commencé lorsque le virus est passé d’un oiseau infecté à une vache, probablement à la fin du mois de décembre ou au début du mois de janvier de l’année dernière.

Notez la similitude avec l’origine zoonotique présumée du SRAS-CoV-2 – un passage non détecté d’une espèce à l’autre. En ce qui concerne le virus de la grippe aviaire, on pense qu’un tel « passage unique » s’est produit à la fin du mois de décembre ou au début du mois de janvier. Depuis lors, il y a eu

« une propagation étendue et non détectée du virus, ce qui suggère qu’un plus grand nombre de bovins que ce qui avait été rapporté précédemment pourrait avoir été infecté par la grippe aviaire aux États-Unis et même dans les régions voisines.

On craint toujours que le virus ne se propage « au-delà des troupeaux laitiers symptomatiques ». Je ne dis pas que le COVID-19 était seulement asymptomatique, mais nous savons que la maladie était bénigne dans la grande majorité des cas. Le SARS-CoV-2 étant similaire à la grippe saisonnière, le taux de mortalité était de loin inférieur au chiffre alarmant de 3,4 % prévu par l’OMS.

Ironiquement, l’USDA souligne aujourd’hui que son agence, ainsi que le CDC, les agences vétérinaires des États et les responsables de la santé publique, enquêtent sur la« maladie chez les vaches laitières », même si la prétendue propagation de la grippe aviaire a commencé de manière asymptomatique.

À quoi ressemble donc cette maladie ?

Signes cliniques

Les bovins prétendument infectés par le virus de la grippe aviaire ne présentent généralement aucun symptôme. Bien que l’USDA énumère également certains signes cliniques, ils sont tous extrêmement bénins (voir figure ci-dessous)

Source : https://www.aphis.usda.gov/sites/default/files/hpai-livestock-case-definition.pdf

Je trouve ironique que l’accent ne soit pas entièrement mis sur l’animal prétendument infecté. Il s’agit plutôt du lait, et donc du consommateur. L’information se présente comme suit : « Le lait semble anormal : « Le lait semble anormal. Il peut être dangereux »

Critères de diagnostic

La définition d’un « cas » est définie avec précision par l’USDA. L’un des critères est la manière dont l’agent pathogène présuméprovoque la maladie chez les animaux. Cependant, comme nous venons de le voir, il n’y a pas de signes cliniques clairs. Néanmoins, l’USDA souligne que « le virus a été classé comme hautement pathogène par l’analyse du site de clivage et les tests biologiques » Cela contribue certainement à alimenter les craintes, même si l’attribut« hautement pathogène » se réfère à des effets graves chez les oiseaux et non chez l’homme.

Le deuxième critère de diagnostic détermine la sélection des échantillons. Ceux-ci sont prélevés dans le lait et les tissus des glandes mammaires, mais uniquement chez les animaux en lactation ; chez les animaux qui ne sont pas en lactation, on utilise plutôt des écouvillons nasaux profonds (pourquoi cela vous rappelle-t-il quelque chose ?).

(Note : La forte concentration sur le lait – où le virus est censé se trouver en concentrations étonnamment élevées – donne l’impression que le virus pose le plus grand risque pour les consommateurs – et en effet, le 15 avril, la Colombie a restreint les importations de bœuf et de produits à base de bœuf en provenance des États-Unis en raison de la grippe aviaire chez les vaches laitières. Pourtant, le « diagnostic » est déplacé vers les écoulements nasaux. Je n’ai jamais analysé ces écoulements, mais j’ai vu où ces animaux mettent leur nez! Bien entendu, les bovins ingèrent et inhalent toutes sortes d’agents pathogènes environnementaux, qui sont ensuite filtrés par leur système immunitaire muqueux. Il n’est donc pas surprenant que du matériel génétique environnemental puisse être détecté dans les écouvillons nasaux. Cela ne signifie pas que l’animal est infecté par un agent pathogène, c’est-à-dire que ces virus peuvent pénétrer dans les cellules de l’animal, se multiplier et provoquer une maladie, ou que cet agent pathogène peut être transmis d’une manière ou d’une autre et nuire à d’autres vaches ou à ceux qui consomment leurs produits.)

La dernière étape du « diagnostic » repose sur un test de réaction en chaîne de la polymérase en temps réel (PCR). L’USDA écrit qu’un « test PCR spécifique à la souche est disponible pour le pathotypage du clade H5 2.3.4.4b au NVSL ».

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de répéter les détails du désastre « diagnostique » que nous avons connu avec la « détection » du SARS-CoV-2. De nombreuses erreurs dans l’utilisation abusive du test PCR ont été clairement exposées (j’en ai résumé un grand nombre dans mon livre).

Même avec le virus de la grippe aviaire, nous ne savons pas si le « test » détecte à tort des contaminants, des fragments de virus réels ou un virus entier. Existe-t-il des preuves qu’un virus vivant infecte le bétail et, dans l’affirmative, quelle est sa charge ? Ou bien, la plupart des cas positifs sont-ils simplement des faux positifs dus aux niveaux insensés de Ct ?

Définition des cas

L’USDA fait la distinction entre un« cas suspect« , un« cas positif présumé » et un« cas positif confirmé« . Il est important de noter que dans les deux premiers cas, la maladie n’est pas un paramètre clé décisif. L’animal ne doit pas présenter de signes cliniques clairs. Un cas positif présumé est déterminé, par exemple, par « rRT-PCR avec ou sans maladie compatible ».

Nous y revoilà ! Mullis, l’inventeur original du test PCR, a spécifiquement souligné que cette routine puissante ne devait pas être utilisée à des fins de diagnostic. Il existe de nombreuses applications importantes, mais pas pour diagnostiquer une maladie, surtout si l’animal ne présente même pas de signes cliniques caractéristiques, voire aucun !

Sur la base d’un test PCR positif, l’USDA promet d’identifier un« cas positif confirmé » par les moyens suivants

« Identification du clade 2.3.4.4b NVSL de l’IAHP H5N1 par un test moléculaire ; le séquençage du génome entier est effectué pour déterminer le génotype. »

Toutefois, malgré la réduction considérable des coûts et l’amélioration des technologies de séquençage du génome entier, il s’agit toujours d’un effort énorme qui ne peut pas vraiment être réalisé à grande échelle. En cas de pandémie redoutée, mise en scène ou réelle, il sera certainement impossible de procéder au WGS pour tous les nombreux animaux concernés.

Tests génétiques

Le 21 avril 2024, l’USDA a publié les séquences génétiques du virus de la grippe A H5N1 sur un site web accessible au public. Il a indiqué qu’il avait rendu publiques 239 séquences génétiques du clade 2.3.4.4b du virus H5N1 de la grippe américaine. Il est important de savoir de quoi il s’agit.

Rien n’indique qu’il s’agit d' »isolats prouvés » provenant exclusivement de bovins « infectés ».

Je pense que l’on peut se demander, si cela prouve que le virus a été explicitement et exclusivement isolé chez les bovins. Les bovins sont exposés à des contaminants génétiques viraux de diverses manières. Rien ne prouve que ce matériel génétique exogène a été séparé de l’information génétique dérivée d’un virus qui aurait réussi à vivre et à se répliquer chez les vaches.

Bien que l’ensemble des données de l’USDA contienne environ 10 gigaoctets d’informations sur le séquençage de 239 animaux, dont des vaches, des poulets et des chats, à la consternation de beaucoup, les données publiées n’incluent pas certaines informations essentielles. Selon Nature, les scientifiques manquent d’informations sur la date exacte à laquelle chaque échantillon a été prélevé et sur la localisation du prélevément », qualifiant ces lacunes de « très anormales »

Perspectives

L’information récente selon laquelle le virus aviaire a été capable d’infecter le bétail et de s’y répliquer est maintenant utilisée pour stimuler le développement et le déploiement de vaccins. Dans la deuxième partie, nous examinerons les incohérences et les contradictions qui entourent le récit actuel.

L’original en anglais se trouve ici, dans le dossier du Dr. Siguna Mueller. Traduction en allemand par TKP.

Image par Pete Linforth sur Pixabay
Suggérer une correction

A lire également

Laisser un commentaire