Week-end de rébellion avec rassemblements et réouverture dans toute l’Europe

Rally Vienna January 2021 Freedom

par Senta Depuydt

‘Trop, c’est trop’

Les citoyens de toute l’Europe sont exaspérés par l’augmentation des restrictions et la destruction de la société imposées par leurs gouvernements qui génèrent la peur de façon indécente. La plupart des pays jouent maintenant l’air de la « variante anglaise » pour amener à un niveau de fascisme en adoptant des lois qui font que la législation et les mesures d’urgence deviennent les nouveaux standards pour régner sur leur population. Le Royaume-Uni montre la voie avec des mesures de confinement très strictes, des tests en masse et la vaccination. Les amendes pour le refus de porter un masque, pour le non respect des «bulles» ou règles de confinement vont facilement jusqu’à plusieurs milliers d’euros, voire des mois de prison.

Presque partout en Europe, les forces de police sont envoyées pour faire preuve de brutalité et intimider la population.

En Belgique, une famille avec 2 adolescents qui avaient accueilli deux amis pendant la nuit, a reçu la visite de 14 policiers pour un contrôle. L’intervention s’est mal terminée. Les parents ont été battus, avec fracture du nez, perte de connaissance et multiples contusions alors que les enfants étaient gardés sous la menace d’une arme. Malheureusement, ce genre d’incidents est désormais fréquemment signalé sur tout le continent, sans qu’il ne semble y avoir de limites.

En Allemagne, après des mois de manifestations pacifiques dans tout le pays, le gouvernement de Merkel a quand même réussi à adopter un projet de loi corona qui a rappelé à beaucoup la législation d’avant-guerre qui a amené Hitler au pouvoir. L’État de Saxe a décidé de réutiliser les camps de réfugiés pour  » dissidents  » de Covid tandis que, selon RT News, un premier camp d’isolement a également été construit à Dresde. Cet «hôtel» pandémique est destiné à emprisonner les contrevenants pour un séjour punitif plutôt qu’à empêcher la contagion de cas à haut risque. En regardant de plus près, le message est clair. Il s’agit d’une image effrayante à laquelle il ne manque que le signe ‘Arbeit Macht Frei’ pour correspondre aux icônes nazies.

Au cours des derniers jours, les médecins qui ont prescrit des exemptions médicales au port des masques ont été soumis à des perquisitions à domicile par les forces de police qui ont saisi tout leur matériel, y compris les téléphones, les ordinateurs et tous leurs dossiers de patients. Le Dr Rolf Kron, célèbre pour ses positions critiques sur les vaccins, a été suspendu et a vu ses comptes bancaires clôturés.

Dans toute l’Europe, les experts travaillent d’arrache-pied pour comprendre comment ils peuvent augmenter les restrictions et les sanctions, alors que dans de nombreux pays, celles-ci atteignent déjà des limites qu’il est difficile de dépasser. Les masques sont obligatoires presque partout et tout le temps pour tout le monde. La plupart des entreprises et commerces ont été fermés une grande partie de l’année, ainsi que les écoles. Tout le monde travaille déjà à domicile et « socialise » dans une « bulle » limitée à une ou deux personnes. Que peut-on faire d’autre ?

Pour beaucoup, mettre fin à cette catastrophe doit désormais être une priorité. Avec le début de la nouvelle année, les gens ne sont pas prêts à endurer un autre «2020». Ce week-end, les combattants de la liberté manifestaient dans les principales capitales européennes tandis que des bars, des restaurants, des sociétés de services et commerces indépendants rouvraient également.

La France a prolongé sa «loi d’urgence» jusqu’à fin juin et prévoit de la renouveler jusqu’à fin décembre 2021. Le gouvernement peine à imposer la vaccination, alors que les sondages révèlent que 60% ne la prendront pas, et hésitent entre mandats et recommandations. Un nouveau projet de loi appelé «loi sur la sécurité mondiale» est sur la table pour accroître le pouvoir de la police, construire des camps d’isolement, augmenter la collecte de données et censurer les reportages des médias sur la violence policière. Des manifestations massives ont eu lieu peu de temps après la proposition du projet de loi à la fin du mois de décembre et ont même inclus les grands médias. Dimanche, plus de 15 000 personnes étaient à Paris, et moins nombreux dans d’autres villes, pour lutter contre cette nouvelle attaque contre les droits civils.

En Autriche, interdit par le gouvernement, le rassemblement de Vienne a été un grand succès. 30 000 personnes ont manifesté pacifiquement contre les mesures draconiennes de la couronne devant le parlement.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=5svMwgCwl0g[/embedyt]

Des manifestations ont également eu lieu ce samedi au Danemark où le gouvernement doit procéder cette semaine à un nouveau vote de la «loi sur la pandémie». Cette loi avait été rejetée en novembre après 9 jours d’un siège du «Kling Klong» désormais célèbre où des groupes d’activistes se relayaient 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en frappant des casseroles et des poêles afin d’être entendus au parlement. Des manifestations pour la liberté ont aussi lieu partout dans le pays depuis des mois sous la direction de Mads Palsvig, un ancien banquier d’affaires, à la personnalité charismatique, qui a lancé un parti politique appelé JFK21 dont l’intention est de lutter contre la corruption et de placer les droits de l’homme au centre du débat. Le parti plaide également fermement en faveur de la liberté médicale et demandent la fin des mesures coronariennes.

En Italie, jusqu’à 30 000 restaurants et entreprises ont ouvert leurs portes sans l’autorisation du gouvernement. Les participants à Io Apro («j’ouvre») ont déclaré qu’ils entraient dans la résistance et qu’ils resteraient ouverts. La police contrôlait les rues en essayant d’empêcher les clients d’aller dans les bars et les restaurants mais n’était pas assez nombreuse pour empêcher la foule d’y entrer et de déguster un bon repas. Des dizaines d’établissements et leurs clients ont été condamnés à une amende, mais la plupart des commerces ont déclaré qu’ils resteraient ouverts.

La Pologne a également décidé une grande réouverture avec le soutien d’un groupe de montagnards invoquant le droit de veto pour empêcher un gouvernement d’agir contre le bien du peuple. Les habitants des Tatras, région qui vit du tourisme et des sports d’hiver, ont déjà pris la liberté de reprendre la plupart des activités. Ils soutiennent la région voisine et ont invité tout le pays à mettre fin aux mesures contre les coronavirus et à revenir à la normale.

La situation aux Pays-Bas est assez déroutante. Après un an de politique de pays ouvert et de «mesures légères», le gouvernement a récemment décidé d’imposer le premier véritable verrouillage de la population. Un rassemblement contre ces nouvelles restrictions prévu dimanche a été annulé par les responsables mais plus de 7000 personnes se sont quand même rassemblées dimanche à Amsterdam devant le musée Van Gogh. Le gouvernement a pris sa revanche en déployant un contingent et des troupes massifs pour renvoyer les manifestants chez eux, utilisant des canons à eau, des bombes à gaz et en chargeant avec des chevaux.

Pendant ce temps, le gouvernement a démissionné soudainement, suite à une fraude aux subventions pour enfants commise par des agents du fisc et qui faisait les Unes de journaux depuis un certain temps. Cette démarche intervient 2 mois avant une élection prévue en mars et touche également les dirigeants de l’opposition. Les Pays-Bas sont le siège de plusieurs institutions internationales telles que l’Agence européenne des médicaments qui y a été transférée après le Brexit et la Cour pénale internationale des droits de l’homme à La Haye.

De nombreux gouvernements européens semblent être en ce moment dans une position très fragile et l’Union européenne est confrontée à une crise économique et politique sans précédent qui menace son avenir.

Les semaines à venir nous éclaireront sur l’avenir de l’Europe, en équilibre entre démocratie et fascisme.

Please read our Re-publishing Guidelines.


Message from RFK