Renate Holzeisen, une avocate intrépide défend le personnel de santé contre la vaccination forcée (Italie)

Les travailleurs sont contraints de subir une intervention médicale contre leur gré

Un avocat du nord de l’Italie dépose un recours devant le Tribunal de l’Union européenne au nom de centaines d’agents de santé régionaux qui sont obligés de recevoir un traitement médical contre leur gré. Désormais, des milliers de travailleurs du secteur de la santé de toute l’Europe se joignent à l’action.

Du fait de l’âge avancé de la population, le personnel médical européen a une tâche difficile. Jour et nuit, ils s’occupent de nos malades et infirmes. Ces derniers temps, le personnel médical du nord de l’Italie, région durement touché peut-être en raison d’une prévalence de problèmes respiratoires lié à la pollution, ont été mis à rude épreuve.

Mis à rude épreuve pendant la pandémie déclarée par l’Organisation mondiale de la santé, ils devraient avoit droit à un peu de répit. En effet, après d’interminables heures supplémentaires passées à s’occuper d’une population âgée, le gouvernement, peut-être pour détourner l’attention de sa propre culpabilité, les a salués comme des héros nationaux.

À présent, ce même gouvernement les a sélectionnés pour une procédure médicale obligatoire, à savoir une injection avec un vaccin expérimental .

Trois jours avant le dimanche de Pâques, le jour le plus saint du calendrier catholique romain, le gouvernement a annoncé l’expérience de masse. Immédiatement, Mme Renate Holzeisen a commencé à recevoir des appels téléphoniques.

«Certains travaillaient dans le service de santé depuis 20 ou 30 ans sans se plaindre. Ils venaient de vivre l’année la plus difficile de leur carrière. Pâques, un moment important de célébration en famille pour les très nombreux catholiques italiens, approchait. Incroyablement, c’est à ce moment là que le gouvernement choisit d’annoncer que le personnel de santé épuisé feraient l’objet d’une expérience.

Mme Holzeisen a été bouleversée par le grand nombre de plaignants et choquée de ne pouvoir trouver aucune aide auprès d’autres avocats. « Nous avons trop d’avocats en Italie, mais pas assez pour ce genre de personnes, semble-t-il. »

Ses premières enquêtes ont révélé que les craintes des travailleurs étaient bien fondées : les produits qui seraient introduits de force dans leur corps n’avaient pas été testés et présentaient des risques. «  Il semblait curieux que bien qu’ils aient un dossier solide, aucun autre avocat n’était intéressé par cette affaire.  »

Bien qu’elle n’ait jamais été impliquée dans des conflits avec le corps médical ou les entreprises pharmaceutiques dont elle achète les produits, Mme Holzeisen éprouve une grande sympathie pour les travailleurs. Vous pouvez comprendre leur sentiment de trahison. Après un an en « première ligne », on leur dit : « Prenez ça et ne posez pas de questions ou vous pouvez mettre une croix sur votre travail ».

Mme Holzeisen est sensible aux violations des principes constitutionnels. «J’ai travaillé comme avocat pendant de nombreuses années et j’ai été plusieurs fois devant les tribunaux pour défendre notre constitution. Il est important pour la protection des membres les plus faibles de la société de ne pas abandonner les principes qui ont résisté à l’épreuve du temps pendant des millénaires à cause d’une crise apparente soudaine. C’est triste de ne voir ni la gauche ni les syndicats défendre ces malheureux ».

Elle se rend compte de l’immensité de sa tâche, mais ne regrette pas d’avoir pris l’affaire en main. J’ai un cabinet juridique très actif et rentable, et je peux donc me permettre de travailler bénévolement, mais j’ai dû renoncer à une grande partie de mon temps libre pour le faire. Je considère que c’est mon devoir. Si d’autres voulaient les défendre, je pourrais bien sûr me mettre en retrait, mais le fait est qu’il y a peu de gens prêts à défendre ces hommes et ces femmes. Heureusement, j’ai le soutien de mon mari, qui en tant que médecin comprend les graves dangers que peuvent engendrer ces produits. »

Holzeisen a déposé sa requête devant la Cour de justice de l’UE l’année dernière. « Mes clients demandent l’autorisation de retirer ces produits médicaux. Nous avons découvert de nombreuses preuves montrant qu’ils n’ont pas été correctement testés. Nous savons aussi qu’ils tuent des gens ».

« Mais même s’ils ont été correctement testés et s’ils sont sûrs, l’UE a tort de mettre les citoyens dans cette situation, » dit-elle. . « La politique de l’UE en la matière est illégale. Elle ne peut pas imposer ces produits aux gens sans leur consentement. Cela entraîne une discrimination entre les personnes qui accepteront les produits et celles qui ne les accepteront pas. Les gens qui sont assez courageux pour résister à cela perdent leur emploi. C’est très cruel. En tant qu’avocats, nous avons le devoir de les protéger. C’est ce pour quoi nous nous sommes formés.

Les travailleurs de toute l’Europe ont lu des histoires tragiques de personnes en bonne santé tuées et mutilées par ces produits, en particulier les jeunes. Aujourd’hui, ils sont des milliers à se joindre à l’action de Holzeisen pour empêcher la suppression de leur droit au travail et à l’intégrité corporelle.  » Nous avons déjà un millier de plaignants à travers l’Europe – Allemagne, Autriche, Slovénie, France, Pays-Bas… Cela pourrait être historique : des milliers de travailleurs se sont joints à l’action contre les quatre grandes sociétés pharmaceutiques qui poussent en avant ces produits. »

Avec sa connaissance approfondie de la situation, Mme Holzeisen est préoccupée par le cas de ceux qui se font vacciner sans être conscients des dangers. Il y a de plus en plus de preuves, comme le nombre croissant de décès rapportés par les Centres de contrôle et de prévention des maladies aux États-Unis, que ce produit est dangereux. De nombreuses personnes ont été tuées. Maintenant, j’ai même des parents qui me contactent, inquiets que leurs enfants soient obligés de se faire injecter ces produits à l’école.

La requête de Holzeisen comparaîtra bientôt devant la Cour. Les personnes intéressées à rejoindre l’action peuvent contacter son cabinet.

Please read our Re-publishing Guidelines.


2 Comments

  1. […] Alors qu’il est démontré que Pfizer a omis de procéder à des tests critiques et a rogné sur les normes de qualité dans sa précipitation à autoriser l’utilisation du vaccin Pfizer COVID, des travailleurs sont toujours contraints de subir une procédure médicale contre leur gré. […]

  2. Pour les soignants français à qui s’adresser pour faire valoir nos droits sur le refus de l’obligation vaccinale???

Comments are closed.

Message from RFK