Pfizer fait-il des essais hors cadre sur des bébés orphelins en Pologne, en Espagne, en Finlande et aux États-Unis ? Questions au sénat en Pologne, le monde attend des réponses.

Children’s Health Defense a récemment été alertée par des lanceurs d’alerte polonais sur le fait que Pfizer testerait ses nouveaux vaccins sur des bébés orphelins. Les bébés et les enfants ne meurent pas du Covid et transmettent rarement la maladie. Ce seul fait devrait suffire à refuser toute forme d’essais cliniques avec des vaccins expérimentaux. Mais il semblerait que Pfizer opère en dehors du cadre légal. Si cela est bien confirmé, ceci est tout simplement inacceptable et des réponses et des actions doivent être prises immédiatement.

Un groupe d’avocats, de professionnels de la santé et de militants a demandé aux membres du parlement et du sénat polonais d’organiser une conférence le samedi 2 octobre intitulée :

« Tests médicaux sur les enfants et les nourrissons –
Questions médicales, juridiques et éthiques ».

Conférence prévue à 12h CET (Varsovie).

Nous vous invitons à suivre la conférence en français en direct sur la page Live CHD Europe :

La conférence est organisée par des associations et fondations polonaises telles que l’Association polonaise des médecins et scientifiques indépendants, l’Association des avocats Voix de la liberté, l’Association du centre d’information sur la santé de Dobrostan et la Fondation New Spectrum.

Les intervenants internationaux seront le Dr Natalia Prego Cancelo d’Espagne, le Dr Meryl Nass et Mme Vera Sharav des États-Unis.

Voici quelques-unes des principales questions auxquelles il faut répondre :

  • Pfizer mène-t-elle des expériences sur des enfants orphelins, qui sont les plus vulnérables et n’ont personne pour prendre leurs intérêts à cœur si les choses tournent mal ? Si oui, qui y a donné son consentement ?
  • Pourquoi Pfizer est-elle autorisée à effectuer des essais cliniques sur des bébés avec un produit qui n’a pas terminé la phase 3 des essais cliniques et qui est une nouvelle technologie ?
  • Pourquoi Pfizer refuse-t-elle aux élus l’accès à ses documents ?
  • Que se passe-t-il dans les autres pays où ces expériences sont menées ?
  • L’EMA et la FDA font-elles vraiment leur travail ?

Et enfin… les fabricants de vaccins opèrent-ils dans le plus grand secret et en dehors de tout contrôle légal ?

D’autres informations sur la science et l’éthique des essais cliniques sur les enfants ont également suscité notre inquiétude. Yaffa Shir-Raz, chercheuse en communication des risques à l’Université de Haïfa en Israël, a publié un article sur les méthodes très douteuses utilisées par la société, intitulé « Violations et manipulations sérieuses du protocole d’essai clinique : voici comment Pfizer a réussi à obtenir l’autorisation d’urgence de la FDA pour la vaccination des enfants« .

Cet article met en évidence des faits troublants qui remettent en question l’intention réelle de Pfizer de démontrer la sécurité de l’utilisation de ses vaccins chez les enfants. Par exemple, on a soudainement affirmé que des enfants souffrant de dépression sévère après la vaccination ‘présentaient déjà des troubles psychiatriques préexistants’, alors que cela aurait dû les exclure de la cohorte étudiée. De plus, les critères de déclaration d’évènements indésirables semblent avoir été conçus pour en minimiser l’identification et le signalement.

Les concepteurs de vaccins ont une longue histoire d’expérimentation sur les plus vulnérables : orphelins, handicapés mentaux et physiques, réfugiés politiques et populations appauvries. Stanley Plotkin, qui a breveté de nombreux vaccins et est surnommé « le pape des vaccins », s’est un jour défendu en disant que les personnes handicapées « n’avaient d’humain que la forme ».

Se débarrasser des plus faibles a toujours été pratiqué au nom du plus grand bien. Il est maintenant temps de prendre ses responsabilités et de mettre fin à cette pratique barbare.

Lettre de militants et d’associations médicales polonaises à propos des tests médicaux sur les enfants et les nourrissons

Mesdames et messieurs,

Nous aimerions vous inviter à participer à une conférence qui aura lieu le 2 octobre 2021 à 12h00, heure de Varsovie, au Parlement polonais.

La conférence comprendra un débat médical et juridique concernant les tests de produits médicaux sur les enfants et les très jeunes bébés. Cette conférence est apolitique et non religieuse. Elle est organisée par des associations et fondations polonaises telles que l’Association polonaise des médecins et scientifiques indépendants, l’Association des avocats Voix de la Liberté, l’Association du Centre d’information sur la santé de Dobrostan et la Fondation New Spectrum. Des représentants du parlement et du gouvernement ainsi que des médias grand public ont été invités à participer passivement et à aider le public à comprendre la gravité du problème.

Cette conférence a été demandée dans le cadre de l’analyse théorique et pratique des essais cliniques impliquant des enfants et des nourrissons. En effet, les enfants ne peuvent pas consentir à participer à une étude biomédicale et des garanties supplémentaires devraient et doivent donc être appliquées pour les protéger. Nous pensons que ce n’est pas le cas actuellement.

Nous demandons donc votre aide pour défendre les enfants polonais et les enfants participant à des essais cliniques dans le monde entier. Ces essais se poursuivent actuellement dans au moins quatre pays en raison de la désinformation et des accords confidentiels imposés par Pfizer.

Depuis juin 2021, Pfizer mène des essais expérimentaux sur des enfants polonais avec des vaccins contre le Covid-19. A notre connaissance, ces expériences sont réalisées sur des enfants en bonne santé âgés de 3 et 6 mois jusqu’à l’âge de 11 ans.

Ces faits ne sont pas connus de l’opinion publique polonaise car les documents de Pfizer contiennent une clause secrète. Un membre du Parlement polonais qui est intervenu dans cette affaire s’est même vu refuser l’accès aux documents, en complète violation de la loi polonaise.

8 centres en Pologne sont connus pour effectuer les tests susmentionnés ; cependant, il s’agit de petites cliniques privées et de centres de recherche clinique privés qui ne semblent pas être équipés pour mener de telles études.

Par ailleurs, nous avons connaissance d’un autre centre qui n’a pas été mentionné sur le site Web de Pfizer. Cela soulève la question de savoir s’il existe d’autres sites non divulgués dans les quatre pays où Pfizer affirme que ces tests sont effectués.

D’après des rapports non officiels (nous sommes en possession d’enregistrements datant de juillet et août de cette année), nous savons que des enfants âgés de 6 à 11 ans ont déjà reçu une injection du produit Pfizer et que des enfants âgés de 3 à 5 ans ont reçu au moins une dose.

Des enfants âgés de 6 mois à 2 ans sont actuellement en cours de recrutement, mais Pfizer a publié sur son site officiel des documents datés du 20 septembre 2021 indiquant qu’ils attendent des résultats sur le groupe des plus jeunes ‘avant la fin de cette année’.

Cela suggère que les essais dans ce groupe ont commencé en même temps que dans les groupes plus âgés, car Pfizer affirme que les résultats de ces essais seront disponibles après 6 mois.

https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-and-biontech-announce-positive-topline-results
On estime qu’environ 1000 enfants ont déjà reçu une injection en Pologne.

Compte tenu de la rapidité avec laquelle ces enfants ont été recrutés pour l’étude, nous soupçonnons fortement qu’ils proviennent d’orphelinats et de foyers d’accueil, comme cela s’est déjà produit pour les essais d’autres vaccins. Selon la législation polonaise, de tels cas exceptionnels nécessitent l’autorisation d’un tribunal, mais jusqu’à présent, nous n’avons pu localiser aucune audience permettant de telles expériences sur des enfants.

Le consentement pour ces essais sur les nourrissons et les jeunes enfants en Pologne a été donné par Grzegorz Cessak, pharmacologue et président de l’Office d’enregistrement des médicaments, des dispositifs médicaux et des produits biocides. Il est également membre de l’Agence européenne des médicaments (EMA), ce qui semble créer un conflit d’intérêts.

Comme Pfizer n’a pas réalisé d’études sur les animaux, ni sur les jeunes animaux (rejetons), il semble que les nourrissons et les plus jeunes enfants polonais soient utilisés en lieu de ces premiers « rejetons » expérimentaux.

Si les autorités compétentes de l’État polonais ne prennent pas de mesures, il ne sera pas possible de vérifier combien de ces enfants peuvent ou ont déjà été confrontés à la mort ou à de graves complications de santé. L’administration d’une technologie génétique expérimentale est totalement nouvelle en médecine et elle est définie comme un essai clinique de phase I et II / III sur des nourrissons et des enfants de 6 ans et des enfants jusqu’à 11 ans.

Chez les adultes, la phase III n’est pas encore terminée, mais de nombreuses complications ont déjà été signalées, notamment de très graves problèmes thrombo-emboliques, auto-immuns et inflammatoires, voire des décès.

Les informations concernant des complications similaires et des décès ont malheureusement également déjà été signalées chez des enfants à partir de 12 ans.

Nous sommes en possession d’enregistrements audio des 8 centres de tests susceptibles de servir de preuves dans une affaire criminelle. Ces enregistrements montrent que des enfants de 6 à 11 ans ont déjà été injectés et peut-être aussi de 3 à 5 ans.

En même temps, il semble que l’administration des vaccins ait été suspendue dans le groupe le plus jeune, entre 6 mois et 2 ans, car le 22 juillet, il y a eu une réunion de crise pour décider « ce qu’il fallait faire » (cela pourrait avoir été causé par les protestations des personnes en faveur du libre choix médical organisées près de ces centres).

Suite à cet épisode, il a été déclaré que le recrutement des nourrissons et des enfants jusqu’à 2 ans se poursuivra et reprendra début août.

Compte tenu du nombre de complications graves qui surviennent après ces injections, y compris des décès chez les adultes et les adolescents, ces injections représentent une menace bien plus grande pour la vie et la santé de ces enfants que le Covid-19 lui-même.

Plus d’informations sur les essais de Pfizer

La liste complète des 101 centres dans 4 pays (Etats-Unis, Espagne, Finlande et Pologne) peut être consultée ici :

Sous :

Étude visant à évaluer la sécurité, la tolérance et l’immunogénicité d’un candidat vaccin ARN contre le COVID-19 chez des enfants en bonne santé âgés de moins de 12 ans.

Le lundi 20 septembre 2021, Pfizer a annoncé sur son site officiel les résultats de la première étude pivot du vaccin COVID-19 chez les enfants de moins de 12 ans.

Selon Pfizer, chez les participants âgés de 5 à 11 ans, le vaccin s’est révélé sûr, bien toléré et a montré des réponses robustes en anticorps neutralisants. Les entreprises prévoient de soumettre ces données à la FDA, à l’EMA et à d’autres organismes de réglementation dans le monde dès que possible.

Elles ont également déclaré que les résultats chez les enfants de moins de 5 ans sont attendus dès la fin de cette année.

En ce qui concerne l’essai de phase 1/2/3 chez les enfants

« L’essai de phase 1/2/3 a initialement recruté jusqu’à 4 500 enfants âgés de 6 mois à 11 ans aux États-Unis, en Finlande, en Pologne et en Espagne, dans plus de 90 sites d’essais cliniques. Il a été conçu pour évaluer l’innocuité, la tolérabilité et l’immunogénicité du vaccin Pfizer-BioNTech selon un schéma à deux doses (à environ 21 jours d’intervalle) dans trois groupes d’âge : de 5 à 11 ans, de 2 à 5 ans et de 6 mois à 2 ans.

D’après la phase 1 de l’essai, les enfants âgés de 5 à 11 ans ont reçu deux doses de 10 µg chacune, tandis que les enfants de moins de 5 ans ont reçu une dose plus faible de 3 µg pour chaque injection dans l’étude de phase 2/3. L’essai a recruté des enfants avec ou sans preuve préalable d’infection par le SRAS-CoV-2″.

Des informations complètes sont disponibles ici.

Please read our Re-publishing Guidelines.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 6

Message from RFK