Dangerosités des injections Covid-19 pour les mères et les bébés car elles s’accumulent dans les ovaires et attaquent le placenta, selon l’ancien scientifique en chef de Pfizer R&D

par le Dr Michael Yeadon BSc

Le Dr Michael YEADON BSc était auparavant Vice-président et Directeur Scientifique Allergie et Pneumologie chez Pfizer Global R&D.

En janvier 2020, le Dr Mike Yeadon était déjà co-auteur d’une lettre avec le professeur Wolfgang Wodarg pour avertir l’EMA des dangers de la nouvelle technologie utilisée dans les vaccins Covid 19 et demander l’arrêt immédiat des essais cliniques. Depuis lors, les vaccins ont montré un nombre extraordinaire d’événements indésirables et d’issues fatales. Avec d’autres scientifiques, le Dr Yeadon a fondé l’organisation « Doctors for Covid Ethics » afin d’informer les autorités sanitaires, ses collègues et le grand public des dangers liés aux différents effets indésirables tels que la coagulation du sang et la thrombose observés avec ces injections expérimentales. Les différentes lettres cosignées par des centaines de médecins peuvent être consultées sur le site Internet de l’association « Doctors For Covid Ethics ».

Les vaccins Covid-19 sont différents de tous les vaccins précédents et n’ont pas été suffisamment étudiés :

Les agents médicinaux que l’on appelle vaccins contre le covid-19 utilisent tous une nouvelle technologie. Les vaccins traditionnels comprennent une petite quantité de l’agent pathogène (agent causant la maladie) mélangée à une substance appelée adjuvant, qui est une substance induisant une légère inflammation et alertant ainsi le système immunitaire de la présence d’une protéine étrangère. La petite quantité d’agent pathogène est traditionnellement « tuée » par chauffage ou par traitement chimique afin qu’elle ne puisse pas provoquer la maladie contre laquelle l’immunité est recherchée. Une autre solution consiste à faire croître l’agent pathogène en infectant de manière répétée une culture cellulaire après l’autre, processus au cours duquel la létalité du virus diminue. C’est ce que l’on appelle l’atténuation et certains vaccins utilisent du matériel dit « vivant atténué » pour provoquer l’immunisation. Les vaccins de ce type couvrent la quasi-totalité des vaccins jamais développés et utilisés dans la population actuelle.

Une erreur grossière de réglementation de la sécurité des médicaments a été commise en raison d’une mauvaise classification des produits :

Les vaccins covid-19 fonctionnent de manière totalement différente et cela signifie qu’il est totalement inapproprié de les traiter comme les autres vaccins. Or, c’est exactement ce qui s’est passé. Il a été demandé aux fabricants de se conformer uniquement aux exigences définies dans la norme réglementaire mondiale. Ces normes ne doivent en aucun cas être considérées comme faibles. Elles sont simplement adaptées au type d’entité médicale avec laquelle nous avons des décennies d’expérience.

Les vaccins traditionnels, comme tout produit, peuvent occasionnellement présenter des dysfonctionnements et, reconnaissant cela, les autorités réglementaires du monde entier tiennent généralement un registre public des événements indésirables constatés après une vaccination, sans nécessairement attribuer un lien de causalité à l’événement indésirable noté. Toutefois, la collecte des types d’événements et de leur fréquence, associée à une description de la partie lésée présumée, ainsi que le moment où l’événement indésirable est censé s’être produit après la vaccination, permettent parfois d’établir des liens.

Par exemple, le vaccin contre la grippe porcine commercialisé en 2009-2010 a finalement été retiré parce que les autorités réglementaires suédoises ont constaté une incidence frappante chez les jeunes d’une affection neurologique, la narcolepsie, qui a été signalée chez près de 1000 citoyens.

En raison du fait que les produits de nouvelle technologie appelés vaccins covid-19 fonctionnent de manière très différente des produits antérieurs, appelés vaccins à juste titre, je suis d’avis que la norme réglementaire n’est pas du tout à la hauteur des tests requis pour évaluer et garantir la sécurité de manière adéquate.

Reconnaissant qu’il y avait un échec continu de la norme réglementaire, étant donné la nouveauté technique des vaccins covid-19, une pétition d’inquiétude a été rédigée par le présent auteur et une autre personne et déposée auprès du régulateur européen des médicaments (EMA) le 1er décembre 2020.

Les vaccins covid-19 fonctionnent de manière totalement différente des vaccins conventionnels et présentent donc un ensemble radicalement différent de problèmes de sécurité potentiels :

Les vaccins covid-19 qui font actuellement l’objet d’une autorisation d’utilisation d’urgence ont tous une caractéristique commune et nouvelle : ce sont des produits basés sur les gènes. Au lieu de contenir une petite quantité d’agent pathogène tué ou atténué vivant, ils contiennent du code génétique, des instructions pour fabriquer dans nos propres cellules une partie de l’agent pathogène. Dans certains produits, le code génétique est de l’ADN & utilisent un virus respiratoire affaibli pour assurer la livraison à nos cellules, ou de l’ARN messager (l’intermédiaire entre l’ADN de nos gènes et le produit protéique ainsi fabriqué).

Il existe un autre point commun : ils amènent les cellules réceptrices à fabriquer une partie du virus SRAS-CoV-2 appelée protéine de pointe. Il s’agit littéralement de la pointe qui se projette vers l’extérieur de l’objet sphérique qui contient le virus lui-même. Comme nous l’avons expliqué ailleurs dans ce dossier d’information, les protéines de pointe des coronavirus sont biologiquement actives et déclenchent, entre autres, la cascade de coagulation du sang. Il est allégué que c’est l’induction de la coagulation sanguine en divers endroits du corps qui est responsable d’une forte proportion des événements indésirables graves, y compris les décès, qui sont signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) aux États-Unis et dans des bases de données analogues ailleurs. Le taux d’issues fatales après la vaccination contre le covid-19, généralement dues à des troubles de la coagulation ou de la coagulation, est extraordinaire et dépasse de très loin celui de tous les vaccins précédents, que l’auteur estime être de l’ordre de 60 fois.

Ce taux étonnamment élevé d’événements indésirables après la vaccination est la conséquence de deux facteurs : 1. Les fabricants n’étaient tout simplement pas tenus d’étudier la façon dont le produit se déplace dans le corps après l’injection et 2. Ils n’étaient pas tenus d’étudier les effets fonctionnels du code génétique contenu dans le produit après son administration.

Il n’existe aucun produit sur le marché de masse qui fonctionne de cette manière. Selon mon opinion d’expert, il s’agit du plus grand échec de la réglementation des produits médicaux en matière de santé génésique depuis la thalidomide et il est beaucoup plus important en termes d’impact sociétal. Il est impératif que tous ces produits soient suspendus jusqu’à ce que des tests de sécurité améliorés puissent déterminer s’il existe des groupes pour lesquels les avantages l’emportent sur les risques.

L’ombre de la thalidomide et les changements dans la réglementation de la sécurité des médicaments pendant la grossesse :

Le nom du médicament « Thalidomide » est, en particulier en Europe, associé de manière indélébile dans l’esprit du public aux malformations congénitales. Destiné à traiter les nausées associées au début de la grossesse, il a été prescrit dans 46 pays, mais pas aux États-Unis, entre 1957 et 1962, date à laquelle il a été retiré, après avoir été identifié comme l’agent causal de 10 000 malformations congénitales impliquant des membres réduits ou absents. La thalidomide est l’un des cas les plus tristement célèbres d’échec de l’évaluation de la sécurité des médicaments.

Contrairement aux organismes de réglementation de dizaines d’autres pays, l’agence américaine de réglementation des médicaments, la Food & Drug Administration, n’a pas approuvé la thalidomide parce que l’examinateur n’était pas satisfait des informations disponibles. La sécurité des médicaments a fait l’objet d’une réforme substantielle dans le monde entier à la suite de cet événement, notamment pour exiger des fabricants qu’ils effectuent ce que l’on appelle de manière générale la « toxicologie de la reproduction » et qu’ils incluent presque toujours des lapins comme espèce d’essai, car on a découvert par la suite que la thalidomide provoquait effectivement des malformations congénitales chez les lapins, mais de manière beaucoup moins évidente chez les rongeurs.

On s’est rendu compte que le concept selon lequel le fœtus était en quelque sorte protégé du fait de sa présence dans l’utérus était complètement erroné. Au contraire, les complexités du développement embryofoetal ont commencé à être reconnues comme une période d’extrême vulnérabilité. Le changement culturel le plus frappant a sans doute été que les femmes sont devenues extrêmement méfiantes à l’égard de la prise de tout produit pharmaceutique pendant la grossesse.

Les vaccins Covid-19 n’ont pas été soumis à des tests de toxicologie de la reproduction :

Il est essentiel de présenter la toile de fond de la situation actuelle concernant l’utilisation clinique des vaccins Covid-19, et ce pour une raison : depuis la thalidomide, nous n’avons JAMAIS exposé les femmes en âge de procréer (WOCBP) et SURTOUT PAS les femmes enceintes à un nouveau produit pharmaceutique expérimental sans que ce produit ait d’abord subi une batterie complète de tests de toxicologie reproductive. Même après cette étape cruciale, des études pilotes sont toujours menées sur un petit nombre de femmes enceintes afin de minimiser les risques pour le fœtus en développement. Aucune de ces étapes essentielles n’a été entreprise.

Rien ne justifie de prendre des risques avec la santé des enfants à naître :

Pour en venir au présent, l’expert examinateur est étonné de la situation actuelle. C’est le comble de l’imprudence que d’autoriser le WOCBP à recevoir des vaccins covid-19, qui relèvent d’une technologie entièrement nouvelle, basée sur les gènes, pour laquelle il n’existe aucune expérience préalable de sécurité humaine dans une large population. Pire encore, la recommandation active d’administrer ces agents expérimentaux aux femmes enceintes est, à mon avis, une négligence criminelle. En outre, il est totalement incompréhensible que l’on recommande l’utilisation de ces nouveaux vaccins pendant les grossesses, dont la plupart surviennent chez des femmes âgées de 40 ans ou moins, puisque le facteur de risque dominant pour les mauvais résultats de l’infection par le SRAS-CoV-2 est l’âge.

Le vaccin Pfizer / BioNTech covid-19 s’accumule dans les ovaires des rongeurs :

Une étude de distribution a été entreprise pour Pfizer dans laquelle diverses formulations de versions factices de leur candidat vaccin ont été administrées à des rongeurs et divers tissus échantillonnés au fil du temps. Les tests n’incluaient pas la « charge utile » d’ARNm, mais comme il s’agit simplement d’une étude sur la destination du conteneur de l’ARNm, cela n’est pas pertinent du point de vue de la sécurité. Notez que cette étude n’est pas classée comme un test de toxicologie de la reproduction, car les animaux n’étaient pas en gestation. Il s’agit plutôt d’une étude pharmacocinétique, discipline qui consiste à comprendre comment les médicaments se déplacent dans l’organisme après leur administration, ainsi que les moyens et le moment de leur élimination. Pfizer n’a pas publié cette étude dans le domaine public, même si l’auteur de cet article considère que les résultats sont très inquiétants. L’information n’a été révélée qu’après qu’une demande de renseignements ait été soumise à l’autorité japonaise de réglementation des médicaments.

Cette étude montre que l’enveloppe des nanoparticules lipidiques du vaccin Pfizer se concentre dans la rate et les ovaires des rongeurs. Il n’est pas approprié que cela se soit produit. L’induction prévue de l’immunité ne nécessite absolument PAS la présence de composants du vaccin dans les tissus reproducteurs. Le plus souvent, les concentrations de médicaments dans n’importe quel tissu de l’organisme atteignent un pic rapidement après l’administration, après quoi elles diminuent progressivement avec le temps. À la lumière de ce qui précède, il est encore plus troublant de constater qu’au lieu de diminuer progressivement comme prévu, les niveaux tissulaires augmentent avec le temps, ce qui suggère un processus actif. L’étude a été interrompue 48 heures après l’administration du matériel de test, ce qui n’est pas déraisonnable. Après un tel laps de temps, il serait normal de s’attendre à ce que le pic des concentrations tissulaires soit passé. Cependant, les concentrations les plus élevées ont été observées au dernier point temporel, 48 heures après l’administration, ce qui signifie que l’on ne sait pas quand se situe réellement le pic après l’administration ou si les concentrations dans les ovaires et la rate sont encore plus élevées à des moments plus longs (voir une partie du tableau des données pertinentes au verso. Le document complet est également joint).

Tout évaluateur expérimenté demanderait l’arrêt de l’utilisation de ce vaccin chez les femmes non ménopausées :

En tant que toxicologue, je dis ceci : en l’absence de preuves indiquant que ce n’est pas un facteur prédictif pour les humains, c’est ce que je m’attends à voir arriver à chaque femme à qui on administre cet agent. Il faut s’attendre à ce que les conséquences de cette concentration sur la reproduction soient néfastes. sur la base d’observations faites ailleurs dans le corps, où des caillots sanguins et des saignements ont été signalés séparément. À mon avis, tout examinateur raisonnable conviendrait que ces vaccins ne devraient être administrés à aucune femme en dessous de la ménopause.

Les femmes génèrent une réponse auto-immune à leur placenta après la vaccination :

Comme mentionné précédemment, tous les vaccins covid-19 faisant actuellement l’objet d’une autorisation d’utilisation en urgence utilisent une technologie nouvelle, basée sur les gènes, pour laquelle il n’existe aucun produit commercialisé en masse. Ce que cela signifie est immédiatement évident pour toute personne expérimentée dans le développement de produits médicaux : il est dangereux de faire la moindre hypothèse sur le profil de sécurité, à court ou à long terme, après administration à l’homme. Avant les leçons tragiques tirées de la thalidomide, nous ne savions pas qu’au début de la gestation, l’embryon en développement est extrêmement vulnérable aux effets indésirables des agents environnementaux, y compris les produits pharmaceutiques. Il n’est pas raisonnable de supposer que, parce que les vaccins conventionnels ne sont généralement pas considérés comme posant un problème de sécurité en ce qui concerne la fertilité et la grossesse, ces nouveaux produits à base de gènes seront sûrs pendant la grossesse.

Le 1er décembre 2020, cet expert réviseur et le docteur Wolfgang Wodarg, médecin expérimenté en santé publique, ont déposé une pétition de préoccupation auprès de l’Agence européenne des médicaments. Les principaux motifs de préoccupation étaient la rapidité excessive du développement clinique, ainsi qu’une série limitée de préoccupations spécifiques (qui ne sont pas censées être exhaustives) :

1. La détermination des « cas » de covid-19 reposait sur des tests PCR insuffisamment contrôlés (les experts indépendants sont très largement d’avis que les tests PCR utilisés surestiment largement la prévalence des « cas » réellement infectés – à ce propos, il convient de noter que la FDA vient d’annoncer qu’elle retire son approbation à tous les tests PCR pour la détection de l’infection par le SRAS-CoV-2).

2. La possibilité d’un renforcement dépendant des anticorps, processus qui a entraîné l’arrêt de tous les autres vaccins antérieurs contre les coronavirus (on suppose que l’incidence élevée de l’inflammation cardiaque, appelée myocardite, se produisant avec une fréquence élevée, en particulier chez les jeunes hommes).

3. Le risque de précipiter des réactions allergiques aiguës lors de l’administration de vaccins encapsulés dans des lipides (produits Pfizer/BioNTech et Moderna), ce qui s’est effectivement produit le tout premier jour de la vaccination de masse au Royaume-Uni (l’étiquette a rapidement été modifiée pour éviter l’administration aux personnes suspectées d’avoir eu des réactions allergiques à des produits injectés dans le passé).

4. Le potentiel de réactions immunitaires croisées à une protéine essentielle à une grossesse réussie. C’est à cette dernière préoccupation que se réfère le reste de la présente note.

En guise de commentaire, il est regrettable qu’il semble que les co-pétitionnaires aient eu raison en tout point par rapport à leurs préoccupations, et il est profondément troublant pour la confiance du public dans la réglementation de la sécurité des médicaments et la confiance dans les gouvernements et l’industrie pharmaceutique que la récompense de l’esprit public dans lequel ils ont écrit ait été d’être méchamment dénigré par les principales organisations médiatiques, y compris Reuters et la BBC.

Les femmes ayant reçu le vaccin Pfizer/BioNTech développent rapidement des anticorps contre leur placenta.

J’ai déjà expliqué comment ces vaccins à base de gènes sont censés fonctionner. La partie du virus SRAS-CoV-2 appelée protéine spike est codée dans ces produits de nouvelle technologie, de sorte qu’ils incitent tous l’organisme du receveur à fabriquer cette protéine spike ou une partie de celle-ci.

Il est d’usage d’examiner la littérature scientifique relative aux cibles choisies pour être utilisées dans les vaccins, dans ce cas la protéine spike, afin de s’assurer que le potentiel d’effets indésirables, lorsque les humains sont amenés à développer des réponses immunitaires à cette protéine, est compris. Deux résultats remarquables ont été identifiés à partir de cette recherche dans la littérature scientifique. Premièrement, les protéines de clouage sont capables de provoquer l’agrégation des plaquettes sanguines et de déclencher ainsi la coagulation du sang, ce qui remet sérieusement en question le bien-fondé de la sélection des protéines de clouage dans tous les vaccins à ce jour. Deuxièmement, il existe une faible, mais évidente (pour les experts) similitude entre la protéine spike du coronavirus et une famille de protéines humaines appelées syncytines. Il est erroné de décider du niveau de similarité uniquement en se référant à la séquence primaire d’acides aminés de deux protéines et il est important de considérer également la similarité de leur structure tridimensionnelle.

Les protéines de la famille des syncytines sont considérées comme essentielles à la formation et au bon maintien du placenta. Par conséquent, quelle que soit la faiblesse de l’homologie entre la protéine spike et les syncytines, on peut craindre que, en faisant une forte réponse immunitaire à la protéine spike, certaines femmes puissent générer une réponse immunitaire à leurs propres protéines placentaires. D’après l’expérience de l’examinateur, qui travaille depuis plus de 30 ans dans l’industrie pharmaceutique, cette préoccupation serait techniquement satisfaite par une petite série d’études visant à examiner, et si possible à écarter, cette préoccupation. Il y a plusieurs façons de procéder. Il n’est pas difficile de concevoir une étude clinique pour évaluer si les femmes auxquelles on a administré un vaccin contre le covid-19 développent ou non des anticorps circulants contre le syncytin-1. Une telle étude vient d’être rapportée sous forme de préimpression.

15 jeunes femmes en bonne santé ont été recrutées pour l’étude et ont reçu le vaccin Pfizer / BioNTech covid-19. Des prélèvements sanguins ont été effectués à différents moments par la suite et la quantité relative d’anticorps contre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 et contre la syncytine-1 a été mesurée.

Au cours des 1 à 4 premiers jours suivant la vaccination, il n’y a pas eu d’augmentation mesurable des anticorps dirigés contre la protéine spike. Cependant, on a constaté une augmentation frappante (2 à 3 fois plus élevée ; marquée par une flèche rouge verticale) de la liaison des anticorps au syncytine-1. L’examinateur estime que l’augmentation des anticorps dirigés contre la syncytine-1 à ce moment-là est « statistiquement significative », c’est-à-dire qu’il est très peu probable qu’elle soit le fruit du hasard. Il n’est pas possible de dire ce que signifie cette augmentation, mais elle est cohérente avec un risque accru de perte de grossesse au premier trimestre. Le fait que l’élévation des anticorps anti-syncytine-1 ait disparu à 4 semaines ne diminue en rien le risque d’effets néfastes à un stade précoce après la vaccination.

Il est inexplicable que les auteurs déclarent qu’il n’y avait « aucune réponse humorale au syncytin-1 ». Une figure de l’article est reproduite ci-dessous. Les auteurs ont tracé une ligne horizontale perpendiculaire à l’axe des Y, qu’ils ont étiquetée « positive ». Il n’y a aucune information dans le document ou dans la littérature qui justifie le positionnement de cette ligne. En l’absence de ces informations, il n’est pas scientifiquement valable de prétendre que l’augmentation nette de la liaison à la syncytine-1 aux jours 1 à 4 n’est pas pertinente sur le plan fonctionnel.

Il faut se rappeler les leçons tirées de la thalidomide. Il s’avère que si la mère, au début de la grossesse, prenait sa première dose de thalidomide le 20e jour après la conception, son bébé risquait de naître avec des lésions cérébrales ; s’il était pris le 21e jour, il était aveugle ; s’il était pris le 24e jour, ses membres étaient souvent raccourcis ou manquants ; aucun dommage ne se produisait s’il était pris après le 42e jour depuis la conception.

Les auteurs de cet article n’ont aucun fondement pour affirmer que la quantité d’anticorps anti-syncytine-1 est trop faible pour avoir de l’importance. Ils semblent ignorer les leçons de la thalidomide, qui montrent qu’il existe des périodes de sensibilité exquise au cours du développement précoce où la présence d’une toxine pendant des périodes d’à peine deux jours peut mettre fin à des processus de développement qui ne sont ensuite jamais réparés.

Ces nouvelles données, qui montrent que les femmes produisent des anticorps contre un composant de leur placenta après avoir été vaccinées avec le produit Pfizer/BioTech, suscitent de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité du fœtus. Il n’est pas sûr de supposer que cela n’aura pas de conséquences négatives sur la réussite de la grossesse. Il n’est pas sûr de supposer que les autres vaccins n’auront pas d’effets similaires.

Encore une fois, comme dans le cas de l’étude de distribution, une présomption de risque, potentiellement grave, découle de ces observations cliniques, et il n’y a pas une personne consciente qui ne demanderait pas un arrêt à ce stade.

Le Dr Michael YEADON BSc était auparavant vice-président et directeur scientifique de la division Allergie et Pneumologie chez Pfizer Global R&D. Il est titulaire d’une licence en biochimie et en toxicologie et d’un doctorat en pharmacologie. Il est consultant indépendant et cofondateur et PDG de Ziarco Pharma Ltd.

Please read our Re-publishing Guidelines.


Message from RFK