Mme. Catherine Austin Fitts

Catherine est présidente de Solari, Inc, éditrice du Solari Report (Rapport Solaris), et membre directeur de Solari Investment Advisory Services, LLC. Catherine a été directrice générale et membre du conseil d’administration de la banque d’investissement de Wall Street, Dillon, Read & Co. . Inc. et secrétaire adjointe au logement et commissaire fédérale au logement au ministère américain du logement et du développement urbain sous la première administration Bush, et a été présidente de HamiltonSecurities Group, Inc. Catherine a réalisé et conclu plus de 25 milliards de dollars de transactions et d’investissements à ce jour et a dirigé la stratégie de portefeuille et d’investissement pour 300 milliards de dollars d’actifs et de passifs financiers.

Catherine est diplômée de l’université de Pennsylvanie (BA), de la Wharton School (MBA) et a étudié le chinois mandarin à l’université chinoise de Hong Kong. Elle tient un blog pour le Solari Report sur solari.com.

Les expériences de Catherine à Wall Street et à Washington D.C. sont relatées dans Dillon Read and the Aristocracy of Stock Profits (l’Aristocratie des Profits Boursiers) et dans son histoire personnelle d’enquête sur l’argent disparu du gouvernement fédéral américain :

Il y a longtemps, j’ai fait la promesse que je n’agirais jamais contre les meilleurs intérêts ou l’excellence de mon propre peuple – que je ferais de mon mieux pour m’assurer que nous étions dignes de l’intendance de notre monde et que nous faisions de notre mieux pour laisser un monde meilleur aux générations à venir Faire et tenir une telle promesse, c’est comprendre que l’argent et la position sont des outils, pas des buts, et que la mort n’est pas la pire chose qui puisse arriver. Certains m’accuseront probablement d’être « à contre-courant  » et de ne pas « être dans ma partie ». Je dirais à ces personnes que ce n’est pas le moment dans l’histoire de notre peuple de faire preuve d’un manque d’imagination.


Dr. Nicole Delépine

Docteur en médecine, pédiatre et cancérologue, Nicole Delepine est mariée au Docteur Gérard Delépine et mère de 2 enfants. Docteur en médecine, pédiatre et cancérologue, Nicole Delepine est mariée au Docteur Gérard Delépine et mère de 2 enfants. Elle a dirigé l’unité de cancérologie pour adolescents et jeunes adultes de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches (92) jusqu’à sa fermeture. Médecin hospitalier à temps plein, Nicole Delépine se bat depuis 20 ans pour améliorer la prise en charge des malades du cancer. . Elle est l’auteur d’une centaine d’articles originaux sur le sujet et a présenté ces dernières années une moyenne de 15 communications par an, dont les 2/3 dans des congrès internationaux. Les résultats de ses travaux ont été confirmés à l’étranger et inspirent des protocoles thérapeutiques internationaux. La réputation de Nicole Delépine est internationale et considérable dans le domaine des tumeurs des os et des tissus mous.

Professionnellement, Nicole Delépine s’est constamment battue pour la démocratisation de l’hôpital et pour que le patient soit au centre des préoccupations des médecins hospitaliers et de l’administration. Les positions dérangeantes de Nicole Delépine lui ont valu l’inimitié de certains de ses pairs qui ont récemment décidé de fermer son service, qui était l’un des plus actifs de l’hôpital. Ce n’est que grâce à l’action d’associations de parents d’élèves comme l’A.M.E.T.I.S.T., aux interventions répétées d’élus de la région parisienne et aux reportages de nombreux journalistes que la solution du transfert vers l’hôpital Raymond Poincaré de Garches (92) a pu être arrachée à l’administration de l’AP-HP. Membre du conseil consultatif de Alliance for Human ResearchProtection (Alliance pour la protection de la recherche humaine.)


Dr. Gérard Delépine

Oncologue, chirurgien orthopédique et statisticien à l’hôpital Raymond Poincaré à Paris. Depuis les années 1980, le Dr Gérard Delépine a mis au point des méthodes chirurgicales innovantes pour traiter les tumeurs osseuses et les tissus mous. L’équipe indépendante et créative de médecins de l’unité d’oncologie pédiatrique (UOP) a acquis une réputation internationale en combinant une chimiothérapie avancée et individualisée et une chirurgie conservatrice. Au fil des décennies, le soutien d’une association de parents activistes, les interventions de politiciens, les nombreux reportages de journalistes et le soutien de nombreux médecins français et étrangers ont permis à l’UOP de résister à la pratique du protocole de traitement du cancer dicté par l’influence pharmaceutique. Membre du conseil consultatif de Alliance for Human ResearchProtection (Alliance pour la protection de la recherche humaine.)

Les époux Nicole et Gérard luttent depuis 30 ans contre l’administration française de la santé au nom des patients atteints de cancer et au nom des médecins traitants qui ont été mis sur la touche par les protocoles de traitement du cancer de l’administration gouvernementale influencés par les intérêts des sociétés pharmaceutiques. Les docteurs Delépine se battent pour améliorer les méthodes de traitement et la prise en charge des patients atteints de cancer ; en tenant compte non seulement de la réponse de la tumeur, mais aussi de la réaction de l’organisme aux médicaments, et en prescrivant des ajustements de dose individualisés des chimiothérapies si nécessaire.

Les docteurs Les docteurs Delépine critiquent ouvertement la « tyrannie » médicale dictée par l’État en France, où les Agences Régionales de Santé dictent des protocoles de traitement du cancer conçus pour gonfler les profits de l’industrie du traitement du cancer ; des protocoles et des campagnes de dépistage dont il est prouvé qu’ils causent du tort aux patients. Par exemple, ils citent l’étude canadienne de suivi sur 25 ans de la mortalité par cancer du sein publiée dans le BMJ. L’étude démontre que le dépistage du cancer du sein n’a pas réduit les taux de mortalité – comme on l’a largement prétendu – mais qu’il a plutôt entraîné un surdiagnostic du cancer du sein, ce qui a conduit à des interventions chirurgicales inutiles.

Le domaine de recherche le plus récent en matière de cancer pour les docteurs Delépine, est le cancer du col de l’utérus et son dépistage et le vaccin dit préventif.

DansHystérie Vaccinale (2018), ils expliquent que le cancer du col de l’utérus est rare, et que dans les pays à revenu élevé où les frottis Pap sont utilisés pour dépister systématiquement le cancer du col de l’utérus, il est évitable à 80 %. Aux États-Unis, le taux de mortalité lié au cancer du col de l’utérus est inférieur à 1 % – 0,7 %. Il n’y a pas d’urgence en matière de cancer du col de l’utérus.

Dans Gardasil : Faith and Propaganda versus Hard Evidence (2019) ( Gardasil : Foi et propagande contre preuves tangibles) les docteurs Delépine rapportent les résultats de leur analyse des preuves mondiales du cancer du col de l’utérus telles que documentées dans les registres gouvernementaux d’Australie, de Grande-Bretagne, de Norvège, de Suède et de France. . Ils ont analysé les données avant et après la vaccination avec le vaccin contre le du papillomavirus humain (PVH),Gardasil, fabriqué par GlaxoSmithKline. Le Gardasil a été largement et agressivement promu comme un vaccin de prévention du cancer. Les docteurs Nicole et Gérard Delépine ont comparé le taux de cancer du col de l’utérus pendant la période précédant la vaccination – de 1989 à 2007 – et le taux de cancer du col de l’utérus depuis la vaccination au Gardasil. Ils ont fait part de leurs conclusions, fondées sur des preuves sérieusement troublantes : pendant la période de dépistage par frottis (1989-2007), l’incidence du cancer du col de l’utérus a diminué de 50 %. Depuis 2007, suite à l’autorisation de mise sur le marché du Gardasil, « un renversement de tendance » a été observé dans tous les pays à forte couverture vaccinale (Australie, Grande-Bretagne, Norvège, Suède). Leur analyse des bases de données gouvernementales révèle une augmentation paradoxale de l’incidence des cancers apparaissant 3 à 5 ans après la campagne de vaccination. Cette augmentation touche presque exclusivement les groupes d’âge les plus vaccinés.


Dr. Liz Evans

Le Dr Elizabeth Evans était auparavant médecin généraliste, puis s’est orientée vers la médecine alternative. Elle a récemment cofondé la UK Medical Freedom Alliance (Aliance pour la Liberté Médicale) www.ukmedfreedom.org , une équipe de professionnels de la santé, de scientifiques et de médecins qui font campagne pour que le consentement éclairé, l’autonomie corporelle et la liberté médicale soient protégés et préservés au Royaume-Uni. Elle est également membre de la Health Advisory and Recovery Team (HART) (Équipe de conseil en santé et en rémission) du Royaume-Uni www.hartgroup.org

Elizabeth participe activement à des campagnes et à des conférences sur les effets des technologies sans fil sur la santé depuis de nombreuses années et elle est membre de PHIRE (Physicians’ Health Initiative for Radiation and Environment-Initiative de santé des médecins pour les radiations et l’environnement) et de la BSEM (British Society for Ecological Medicine-Société britannique de médecine écologique).


Reiner Fuellmich. Esq

Le Dr Reiner Fuellmich a fondé le Comité Corona, une société internationale qui, depuis la mi-juillet 2020, enquête, lors de sessions en direct de plusieurs heures, sur les raisons pour lesquelles les gouvernements fédéral et provinciaux ont imposé des restrictions sans précédent dans le cadre de l’incident du virus Corona, et sur les conséquences qu’elles ont eues et ont encore pour les gens.

Le Dr Fuellmich a publié divers articles et ouvrages dans les domaines du droit bancaire, du droit médical et du droit international privé et a déjà enseigné en tant que professeur et conférencier dans des universités en Allemagne et en Estonie. Depuis 1993, avocat en Allemagne, depuis 1994 également admis en Californie/USA. Depuis 1991, avocat spécialisé dans la protection des consommateurs, notamment contre les banques. . 1985 – 2001 Assistant au Centre de recherche en droit médical et pharmaceutique, chaire du Prof. l’Université allemande de Göttingen et membre des comités d’éthique des hôpitaux universitaires de Göttingen et Hanovre.

Le Dr Reiner Fuellmich est né et a grandi à Brême. Il a fait ses études à Brême et à Farmington Hills, dans le Michigan. Il a étudié le droit à l’université Georg-August de Göttingen et à Los Angeles. Il a travaillé, entre autres, comme assistant de recherche à la faculté de droit de l’Université Georg-August de Göttingen et y a obtenu son doctorat. Avant de fonder le cabinet d’avocats Dr. Fuellmich en 1993, il a travaillé dans le domaine de la banque d’affaires à la Deutsche Bank en Allemagne et au Japon.


Dr. Violaine Guérin

After a career at the Necker Children’s Hospital (Paris), her passion for immunology led her to take a specific interest in the mechanisms of autoimmunity. Ses recherches fondamentales et cliniques sur les dysthyroïdies auto-immunes l’amènent à rejoindre le prestigieux laboratoire des Professeurs Deborah Doniach et Ivan Roitt à Londres, qui avaient découvert les auto-anticorps anti-thyroïdiens en 1956. Malgré son goût pour la recherche et ses publications nationales et internationales, la diminution de la qualité des soins et les restrictions de moyens de l’Assistance Publique l’amènent à travailler pendant dix ans comme chef de projet R&D, directeur médical puis directeur général dans l’industrie avant de s’installer à son compte. Son intérêt pour les sciences humaines et son expérience professionnelle l’ont amenée à porter un regard différent sur la médecine. C’est en offrant aux patients la possibilité de donner du sens à leur maladie qu’elle a réalisé les liens trop fréquents avec des violences sexuelles, le plus souvent vécues dans l’enfance. Il lui a donc semblé essentiel de communiquer sur ce sujet trop souvent ignoré, c’est pourquoi elle a pris le temps d’écrire le livre « Stop aux violences sexuelles ! Soyons à l’écoute de ces corps qui parlent !  » et de réfléchir à un protocole de soins qui conduirait les patientes à réparer tous les dommages causés par les violences subies. . Consciente que tout n’aurait de sens que si le fléau des violences sexuelles pouvait être éradiqué, elle a réfléchi à une stratégie de santé publique. Cela a conduit à la création de l’association Stop aux Violences Sexuelles, dont elle sera présidente jusqu’en 2020 En octobre 2014, elle publie  » Comment guérir après des violences sexuelles ? « , un livre qui explique toute l’ampleur du problème des violences sexuelles et propose un parcours de soins qui vise à sortir rapidement les victimes de leur profonde souffrance. À cette fin, elle a créé l’association Active Ton Potentiel. En octobre 2016, elle a détaillé le protocole de soins qu’elle a mis en place pour les auteurs de violences sexuelles dans le livre  » Pédophiles et autres auteurs d’agressions sexuelles – Pourquoi ? Pourquoi ? Comment soigner ? « . En 2020, elle fait partie des médecins français qui créent le collectif  » Laissons les médecins prescrire  » et informe la population de la réalité sanitaire sur le terrain.


Markus Haintz. Esq

Markus Haintz

Markus Haintz, né en 1982, est avocat et spécialiste du droit de la construction et de l’architecture. Avec le début de la crise de Corona, il s’est spécialisé dans le droit des assemblées et a depuis représenté des organisateurs de manifestations dans toute l’Allemagne,apparaissant souvent en tant que conférencier. Il a également organisé et dirigé lui-même un certain nombre de manifestations. Il est dans la rue contre les mesures Corona depuis avril 2020. Haintz est un membre fondateur de Lawyers for Enlightenment ( Avocats pour la Lumière), qui critique les mesures Corona du gouvernement.

En juillet 2020, il a lancé la chaîne Telegram Haintz, qui compte aujourd’hui environ 120 000 abonnés et se concentre sur la crise Corona.
Il est également journaliste, entre autres pour l’hebdomadaire Demokratischer Widerstand et Rubikon.


Pr. Alexandra Henrion-Caude

Le professeur Henrion-Caude est directrice de recherche à l’Institut National de la Santé de France (INSERM) et fondateur de Simplissima, un institut de recherche international. De renommée internationale avec 150 publications, ses recherches se concentrent depuis plus de 20 ans sur la façon dont les signaux environnementaux sont traduits en information génétique. Récemment, elle s’est intéressée à l’énorme contribution de l’ARN non codant aux circuits de régulation, et en particulier à l’identification des variations qui pourraient influencer les maladies génétiques.

Le premier mentor du Dr Caude a été le professeur Sir Alec Jeffreys, avec qui elle a appris les techniques d’empreintes génétiques. Elle a obtenu son doctorat en génétique en 1999 à l’Université de Paris VII, sous la direction du professeur Axel Kahn. Elle a fait son postdoctorat à la Harvard Medical School, au Joslin Diabetes Center, et a été titularisée en 1998 à l’Inserm, où elle est actuellement nommée directrice de recherche. Elle a fondé, avec le Professeur Annick Clément, la première unité de recherche en pneumologie pédiatrique à l’hôpital Trousseau à Paris. Elle a ensuite créé un groupe de recherche sur les maladies génétiques de l’enfant dans le laboratoire du Professeur Arnold Munnich à l’hôpital Necker à Paris, et a été directrice de GenAtlas, un site internet scientifique public.

Elle a reçu le prix de la bourse Eisenhower en 2013. Elle a participé à l’émission « The Science for you to solve » (La science que vous avez à résoudre) aux côtés de quatre prix Nobel à Séoul, en Corée, et a été invitée à présenter ses travaux sur l’ARN non codant aux symposiums Keystone et à la Royal Society. Elle est titulaire de trois brevets, dont le brevet américain sur les mitomiRs pour l’ajustement du génome mitochondrial, et a conclu un partenariat avec Miltenyi Biotec pour la R&D sur la préparation mitochondriale.


Renate Holzeisen. Esq

Renate Holzeisen est née en 1966 à Bolzano. Dès son plus jeune âge, la discipline et l’excellence sont des vertus importantes qu’elle pratiqua essentiellement sur les bancs de l’école et pendant les cours de ballet. En plus de ses très bons résultats scolaires, en tant que déléguée de classe et représentante des étudiants, Renate portait déjà particulièrement à cœur la justice et la défense d’autri. Diplômée en droit et en économie politique à l’université Leopold Franzens d’Innsbruck, elle fut assistante universitaire pendant deux ans et enseigna dans plusieurs lycées du Tyrol du Sud. « Une grande expérience dont je ne voudrais pas manquer », dit Renate en contemplant son passé, et souligne que les jeunes – à l’époque comme aujourd’hui – peuvent être conquis et motivés par des sujets complexes avec compétence, ouverture, empathie et sympathie. Elle est avocate, exerçant également devant les Cours suprêmes et spécialisée en droit européen et international. Parallèlement à son activité principale pour les entreprises ayant des intérêts économiques en Italie, elle s’est toujours engagée dans les questions relatives aux droits et libertés fondamentaux.

Elle défend la transparence, la démocratie et l’État de droit. Elle n’hésite pas à dénoncer les relations de pouvoir biaisées et les abus politiques et, si nécessaire, à engager des actions en justice à leur encontre. Depuis mars 2020, de plus en plus consciente que quelque chose sonne faux dans le monde entier, elle s’est engagée pour la garantie des droits et libertés fondamentaux avec d’autres avocats, avec une attention particulière pour les enfants.


Meryl Nass M.D., ABIM

Meryl Nass, MD, ABIM, est une interniste spécialisée dans les maladies induites par les vaccins, le syndrome de fatigue chronique, la maladie de la guerre du Golfe, la fibromyalgie et la toxicologie. En tant qu’épidémiologiste spécialisée dans la guerre biologique, elle a enquêté sur la plus grande épizootie d’anthrax au monde, au Zimbabwe, et a développé un modèle d’analyse des épidémies pour déterminer si elles sont naturelles ou d’origine humaine.

Spécialiste de l’anthrax, Nass a examiné les recherches sur subventionné par le gouvernement dans le contexte de la Convention sur les armes biologiques, a utilisé l’anthrax comme modèle de discussion sur la façon de prévenir la guerre biologique, a examiné les vaccins contre l’anthrax et leur rôle dans la prophylaxie de la guerre biologique, et a joué un rôle central dans l’éducation des militaires, du Congrès et du public sur l’anthrax et la science qui sous-tend l’utilisation des vaccins contre l’anthrax, ainsi que d’autres méthodes de réponse à la menace de l’anthrax. Elle a joué un rôle majeur dans la création d’une coalition qui a combattu le programme de vaccination contre l’anthrax. . Nass aide activement les équipes juridiques qui défendent les personnes refusant le vaccin contre l’anthrax et les membres des services malades aux États-Unis et au Canada.


Vera Sharav, auteure et fondatrice de l’Alliance for Human Research Protection (Alliance pour la Protection de la Recherche Humaine).

Cette représentante des droits de l’homme est la fondatrice et la présidenta de l’Alliance for Human Research Protection (AHRP- Alliance pour la Protection de la Recherche sur les Humains), qui est une source d’information et une organisation de surveillance de l’intérêt public dont l’objectif est de faire tomber les murs du secret de la recherche biomédicale et de faire en sorte que cette dernière soit responsable. Les Newsletters de l’AHRP ont un large public : elles sont lues par des médecins et des scientifiques, des responsables de la santé publique, des journalistes, des avocats et des organisations de défense des patients.

Parmi ses réalisations en matière de défense des droits, citons : la suspension de l’expérience sur les pesticides (CHEERS) menée par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) sur des enfants ; la plainte a donné lieu à deux enquêtes fédérales sur l’utilisation d’enfants placés en famille d’accueil comme cobayes dans des essais de médicaments et de vaccins expérimentaux contre le sida ; la suspension du vaccin contre la variole sur des enfants ; la suspension de l’expérience de « prédiction de la violence » qui exposait des garçons de couleur de 6 à 11 ans de New York à la fenfluramine ; l’ouverture d’un débat public sur l’éthique des expériences induisant des rechutes chez les patients schizophrènes. Elle a mobilisé des familles et des victimes de recherches non éthiques pour qu’elles se joignent à elle et témoignent devant le Comité consultatif national de bioéthique. (NBAC)—- au sujet des expériences contraires à l’éthique menées sur des patients psychiatriques handicapés mentaux ; ces témoignages ont donné lieu à une série primée dans le Boston Globe, « Doing Harm : Research on the Mentally Ill » (Faire du mal : Recherche sur les malades mentaux III) – qui a finalement abouti à l’arrêt de 29 essais cliniques au National Institute of Mental Health (Institut National de la Santé Mentale), (1999).

Mme Sharav a fait partie du groupe de travail sur les enfants du National Human Research Protection Advisory Committee (Comité Consultatif National sur la Protection de la Recherche sur les Humains), où elle a été la seule dissidente à s’opposer à l’utilisation accrue d’enfants dans des expériences médicales à haut risque. Elle a témoigné devant des groupes consultatifs de politique publique, notamment l’Institute of Medicine (l’Institut de Médecine), contre les expériences sur les pesticides sur les humains, contre la recherche sur les drogues dans les prisons et lors de nombreuses audiences de la FDA, contre l’utilisation abusive de médicaments psychotropes pour les enfants.

Elle a été invitée à présenter des exposés dans divers forums professionnels et universitaires : World Federation of Science Journalists, Londres (Fédération Mondiale des Journalistes Scientifiques, Londres ) ; National Academy of Sciences Policy Fellow program (Programme « Chargé de mission » de l’Academie Nationale des Sciences) et National Public Health Association (l’Association Nationale de Santé Publique) re : dépistage de la maladie mentale ; Consumers Institute for Medicines and Health (Institut des Consommateurs des Médicaments et de la Santé), Stockholm – re : Les enfants surmédicalisés d’Amérique ; Columbia University (Université de Columbia) ; NY Hospital (Hôpital de NY), Cornell ; U.S. military medical ethics forum (forum sur l’éthique médicale de l’armée américaine ) ; University of Texas (Université du Texas).

www.ahrp.org


John Stone

John Stone est un parent d’autiste et un militant pour la sécurité des vaccins. Il est le rédacteur britannique et européen d’AgeofAutism.com depuis 2010. John s’est concentré sur la déformation des événements et de la science entourant la crise de l’autisme et les vaccins. Il a largement contribué au débat sur la sécurité des vaccins et l’éthique de l’industrie en Grande-Bretagne et aux États-Unis pendant deux décennies.

Message from RFK